J’ai rendu les armes. Sans m’en rendre compte.

J’ai un truc à dire. Et JE SAIS que mes pairs, mes potes de baroud, les mecs en couple depuis un certain temps, vont se reconnaître dans les lignes qui suivent. Tenez bon, les mecs. Il le FAUT. Nos ancêtres allaient chasser le mammouth pour se faire respecter de leurs femmes. Y’a pu de mammouth maintenant, donc faut trouver autre chose. La révolte du quotidien, les potes. Moi, je me suis laissé avoir. J’espère que mon témoignage vous aidera à résister.Le 13 mai, ça fera quatorze ans. Quatorze ans qu’on s’est roulés une pelle sur fond de « Lick It ». Début mai, ça fera neuf ans qu’on a achetés un appartement, dans lequel on a vécu petit à petit ensemble.

Neuf ans. C’est long, neuf ans. Neuf ans de bourrage de crâne. Mais pas intensif, pas casse-couilles. Ma blonde est rusée. Elle me connaît. Elle sait bien que si elle me les pète trop avec ses crises, elle va entendre parler du pays.

Donc elle y va en douceur, tout doucement. Un travail de longue haleine, de petite fourmi. Sans trop la ramener. Briquette après briquette, elle construit dans ma petite tête un mur à la con.

Oui, je vois bien chez vous ce regard, mélange de pitié et de dédain. Mais non, je ne suis pas faible. Non, je ne suis pas naïf. Je SAIS tout ça. Elle est plus forte que moi, c’est tout. Elle m’a eue, dans les grandes largeurs.

Intuitivement, l’autre jour, je suis rentré dans son jeu et je l’ai eu dans le fion. J’ai eu un moment de recul sur ce que j’étais en train de faire. Ca m’a fait bizarre, je me suis senti violé intellectuellement.

L’autre jour, je mettais ma chemise et MACHINALEMENT, sans réfléchir au pourquoi du comment, j’ai remis la couette à sa place.

Oui, j’ai fait le lit.
J’ai déposé les armes.

Me suis-je dit « ça lui fera plaisir ? » Non, même pas. Je me serais pas inquiété si ça avait été le cas. Non, c’était un geste machinal. Pire, c’était même peut-être de l’ordre du réflexe. Au secours. J’espère pas.

Alors ce matin, quand je mettais ma chemise, que j’ai vu le lit défait, j’ai quitté la pièce, le souffle court. Je l’ai laissé comme ça, juste histoire de me rassurer. Un peu.

5 réflexions sur « J’ai rendu les armes. Sans m’en rendre compte. »

  1. Yop, preums,
    ca fait bizarre 😉 (et au passage j ai acheté le bouquin de Lyna, j ai attendu q il soit en poche na 😉 ) Du coup je pense que je n aurai pas lu le deuxieme pour mon second… Baaa spa grave, je ne t avais pas lu non plus avant le premier… bon fin de parenthèse 😉

    Pour en revenir a la couette… Va, spa grave, te frappe pas… Perso j aime bien un lit bien fait, comme ma mom me faisait, alors de temps en temps je me fais ca 😉

    Par contre sur le rangement, automatisme ou pas, ma blonde risque de ne jamais m avoir arf 😉
    Mais j essaye de l inculquer au minot, ca pourra touours servir (a m eviter de ranger ses affaires 😉 hi hi )

  2. Dis …
    T’es pas un peu macho dans l’âme, toi ???
    ^o^
    Des bises.
    Cath.

    De toutes façons, les  » Catherine  » sont les plus z’intelligentes des femmes…
    Si, si, si …

Laisser un commentaire