Sortie d'école

Prélude.

Jeudi soir, juste avant le dodo – bisou n°125 décrit dans le fameux cahier des charges. La grande me regarde dans les yeux et me dit :

– Papa, tu me conduis à l’école demain ?
– (les yeux qui brillent, la joie au ventre, je suis ému qu’elle me demande ça spontanément) Ben oui bien sûr, ma chérie !
– (réflexionnage) …
– Oui ?
– … nan en fait, j’préfère Maman.
– (le coeur brisé, je ramasse mon slip) … ah ok.

Le plus dur dans ce cas-là, c’est de ne pas montrer sa déception. Ca permet d’éviter de faire de son môme une machine à culpabiliser.

Mais bon, j’étais bien dég. En descendant, quand Cath voit que j’ai les genoux bien pétés comme il faut, elle me dit « mais tu sais, tu pourrais aller la chercher à l’école un soir, tu lui fais la surprise, elle sera contente, tu verras ». Ah bah ui, tiens. Je fais quoi demain soir ? Rien de spécial, ça tombe bien, j’irai chercher fifille.

Vendredi, 16h25.

J’arrive pile poil à l’heure. J’aperçois la grande qui cherche une tête connue. Trop fort de voir son visage s’éclairer. Ca fait plaisir. Toute fiérote, « Madame madame, c’est mon papa ». Beh voyons, comme si elle m’avait jamais vue, la maitresse.

On va chercher des bonbecs à l’épicerie du coin, puis on va la main dans la main au parc. C’est blindé de mômes… elle se précipite vers le toboggan, sans doute pour une p’tite descente la tête la première, comme d’hab. Moi, je vais m’asseoir sur le banc. Surprise ! Au lieu d’enchainer sa bonne dizaine d’allers-retours habituels, elle revient vers moi en courant.

Elle est jolie, ma grande, avec sa veste en jean, ses p’tites lunettes rouges et ses cheveux blondinets.

Chose rarissime, elle vient s’asseoir sur mes genoux. Je lui chuchote « tu veux pas aller jouer avec les autres enfants ? »… « Nan, ze préfère rester avec toi », qu’elle me dit en regardant les mômes s’amuser. Petit moment tous les deux, notre instant Mistral Gagnant. Je suis en joie et je sens qu’elle est heureuse qu’on passe du temps ensemble. C’est si bon.

A un moment, y’a un mecton qui sort son zboub pour pisser dans un buisson. Elle se lève et elle me fait « moi aussi z’dois faire pipi ! »… Euh nan, pas là comme ça, là, j’le sens mal… hop on en profite pour rentrer à la maison.

« Qu’est-ce que tu veux faire ? »… la réponse qui tue : « LA BA-GARRE ! ». Street Fighter 4. « T’es sûre ? Tu veux pas qu’on fasse du dessin ou aut’chose ? »… « Non non la bagarre ». Re-moment Mistral Gagnant mais version gamer-21ème siècle

M’asseoir sur un canap’
Une bonne heure avec toi
Prendre une manette
Et lancer un p’tit Street

Envoyer des hi-kicks
Et des Ultra Combo
Te laisser la manette
Pour de fauuux

Te claquer un hi-five
Quand je gagne ou je perds
Après tout on s’en fout
Ca fait plaiz’ à ta mèèère

C’est tellement mieux
De jouer avec toi
Que de s’taper
Cette lose de Doraaaa

Enfin bref. C’était un moment génial. Toi, le père qui attend une fille et qui pleure sa race parce que tu t’imaginais jouer au foot avec ton futur garçon : détrompe-toi, mon ami, y’a moyen aussi de passer de chouettes moments de complicité avec une fifille.

5 réflexions sur « Sortie d'école »

  1. Ho c’est trop adorable tout ça 🙂
    Ma cousine aussi elle fait souvent le coup de : « Dis, tu me donne le bain ? » « oui bien sur ! » « ben en fait non je prefere que se soit maman » xD

  2. Trop mignon! J’ai toujours eu une très grande complicité avec mon père, c’est pas parce que c’est une fille qu’elle n’aura pas les mêmes hobby, les mêmes goûts que toi… Et à ses 15 ans, ce sera « vous permettez monsieur que j’emprunte votre fille » et toi tu seras là « ok mais je t’éclates la gueule si tu me la rends pas en un seul morceau! » hin hin hin!

  3. J’ai tellement ri sur ce post, mais en même temps la petite tête « moooohn, c’est meugnooon ».
    Haha, c’est beau à lire un papa content!

Laisser un commentaire