Histoires de ménage(s)

(Bon alors là c’est drôle : j’avais ce magnifique post en cours d’écriture depuis quelques semaines, et hier, une journaliste d’Arte me contacte pour nous interviewer, ma femme et moi, pour un reportage sur le ménage au sein du couple. J’ai dit yes, ma mie également, vous nous verrez donc peut-être à la télé bientôt, inch allah. En attendant, voici le fameux post.)

J’ai reçu un communiqué de presse, l’autre jour, dont je vous copie-colle la substantifique moëlle :

Selon l’INSEE, les hommes ne consacrent en France que 2 heures par semaine aux tâches ménagères contre 3 heures 30 pour les femmes. D’où, des disputes qui éclatent au sein de 56 % des couples de moins de 35 ans.

Ménage = Tensions conjugales

Un couple sur deux avoue qu’il se dispute le plus souvent à cause des tâches ménagères et selon eux cela se produit « tout le temps ou presque (3%), « souvent » (10%) ou « parfois »  (34%).
Repasser, laver les sanitaires, les sols, changer les draps, trier le linge et lancer les machines à laver … autant de tâches qui créent des tensions au sein des couples et notamment parmi les plus jeunes : 56% des moins de 35 ans déclarent se disputer avec leur conjoint à ce sujet, contre 42% des 35 ans et plus.

56% des couples de moins de 35 ans s’envoient sur la tronche à cause du ménage !!!

Ca signifie pour moi plusieurs choses :

  • Le ménage, c’est un peu l’épine dans le pied de la majorité des couples
  • Les couples de plus de 35 ans se sont soit séparés, soit l’un d’eux a abdiqué (tristesse), soit ils ont plus de sous et donc ils ont quelqu’un qui leur fait le ménage quelques heures par semaine.

Pour notre petit exemple :

# LES PROFILS RESPECTIFS

Elle : C’est un peu cliché certes mais ma femme ADÔÔÔRE que sa maison soit rangée. Faut toujours que tout soit nickel, le moindre truc de travers est zoomé en x1000 dans son cerveau et ça lui obstrue l’esprit.

Moi : C’est encore plus cliché, mais je m’en bats les steacks à coups de pelle… même si je vais nuancer : je m’en cogne les maracas jusqu’à un certain point. Quand ça devient trop le bordel à mon sens (et ça peut varier, c’est pas forcément obligé d’être le capharnaüm pour que ça me fasse réagir), je range tout d’un coup telle une tornade.

C’est un grand classique, quand je me décide à ranger, ça ne l’est pas suffisamment pour ma chère et tendre. Normal, elle adôôôre que sa maison soit rangée alors que moi, à un certain point, j’suis saoulé que ça soit le bordel. La nuance est de taille, tout de même.

# LA BELLE ÉPOQUE DE LA (PRESQUE) PARITÉ

On faisait le ménage en couple, souvent le samedi matin, dans notre sympathique appart de 50m2. Je passais l’aspiro, je mettais en route la lessive, je faisais la vaisselle (j’essuyais, souvent), un peu les poussières…
Pour moi, se répartir les tâches ménagères, c’était un peu montrer patte blanche en tant qu’homme moderne : ma mère « au foyer » et mon père « au travail », je n’ai jamais vu mon père passer l’aspiro étant gamin. Je me disais en mes tréfonds que mon enfoiré de père avait profité des derniers instants d’une époque bénie pour le Mâle, mais que bah voilà les choses changent, qu’on était désormais au XXIème siècle, que l’époque de Mad Men est révolue et que désormais, le Mâle pour être bien vu (et plus si affinités), devait filer un coudmain. C’était pas mon activité préférée dans la vie de couple, mais je le faisais tel le bon gars que je suis (que j’étais).

# PUIS VINT LA BOURDE

Un jour alors qu’elle était sur Bordeaux pour ses études et qu’elle rentrait pour le week-end, j’étais rentré super plus tôt du boulot pour tout ranger / aspirer / nettoyer à fond (de mon point de vue en tout cas)… tout fiérot (et naïf), en la ramenant à l’appart, j’lui dis « oh ben tu verras, j’ai tout nettoyé, tu vas être contente ! ». Elle rentre dans l’appart et elle me fait tout à fait sympathiquement « ah ué ? t’as aspiré, là ?… ». Modafeucka. Inconsciemment, ce petit épisode a marqué le début de la fin des haricots pour moi question ménage.

# PUIS VINT LE DÉBUT DE L’EMBOURGEOISEMENT

On a acheté une graaande maison et en même temps, ma femme a monté sa société, elle a commencé à bosser le samedi et bizarrement, on n’a jamais réussi à décaler « l’instant ménage en couple » au dimanche matin. Disons que le dimanche matin, pour moi, c’était sacré donc pas moyen de faire du ménage. Donc petit à petit, je me suis moins impliqué dans les tâches ménagères…
Ma femme étant prisonnière de ses propres exigences en terme de rangement maisonnesque, elle n’a forcément JAMAIS laissé la baraque en bordel pour que ça en vienne à mon point de non-retour. Donc ué : je n’ai plus rien branlé ménagement parlant.

# PUIS VINT LA PREMIÈRE GROSSESSE

Ensuite, j’ai monté ma petite entreprise ET procréé notre première fille (le même jour, ué : j’ai lancé madmoiZelle.com le même jour qu’on a fait tac-tac pour concevoir l’aînée).
Celles et ceux qui ont lu Futur Papa savent à quel point ma douce a eu la grossesse joyeuse et débordante d’énergie, elle a donc continué le ménage jusqu’à c’que physiquement… elle n’en puisse plus. Comme les finances suivaient, on avait l’occasion de filer des sous à quelqu’un… mais il a fallu attendre le point de non-retour. Autour du 6ème mois, elle s’est finalement décidée à demander à une personne extérieure à chez-elle de ranger et nettoyer sa maison pour elle. Révolution dans sa tête…

# PUIS VINT LE TEMPS DE LA RÉDEMPTION

Pas pour longtemps !… A peine elle avait accouché qu’elle reprenait les rênes du ménage familial. Ce fut un vrai deuil pour elle de prendre une personne qui faisait le ménage de sa maison. Comme si on la dépossédait d’un truc. Une façon de voir qui, perso, me scie le cul, mais passons.

Résumons la situation : Madame gagne de l’argent, suffisamment en tout cas pour en donner un peu à une « femme de ménage », Madame a son entreprise qui la mobilise 6 jours sur 7, 12h par jour, Madame vient de pondre un marmot, mais Madame considère qu’il est de son DEVOIR de récurer la baignoire.

De mon côté, précisons que je ne me ronge pas les peaux mortes des pieds : dès qu’elle reprend le boulot, 8 semaines après avoir accouché, je gère la naine de jardin tous les soirs, façon « bon père entrepreneur moderne mais faut pas non plus me le hacher siteplé ». Changer les couches, je veux bien, par contre, le ménage, no way, et c’est d’autant plus vrai après l’expérience « femme de ménage ».

De mon humble point de vue, quand t’as la thune pour t’éviter une corvée, tu te prives pas. Mais cette logique ne rentre pas dans les cases de Madame. Alors ok je veux bien qu’elle ait ses petites manies, mais qu’elle vienne pas me gonfler pour passer l’aspiro ! (ce qui fut chose faite, j’ai eu une paix royale niveau plumeau)

# PUIS VINT LE JOUR OÙ ELLE CÉDA, FEMME DE MAISON INDIGNE QU’ELLE EST (LOL)

Apparemment, ma logique eut raison d’elle, puisque ce passage ne durera qu’un temps. Six mois plus tard, elle rappellera la fantastique Alexandra, qui vient récurer la maison de fond en comble quelques heures par semaines.

Résultat : on ne fait plus partie des 56% de couples qui s’engueulent pour le ménage… mais comme on est trop forts, on trouve d’autres raisons encore bien plus stupides (je range pas le plateau du p’tit déj avant de partir au bureau, par exemple).

Et moi, je continue à lui dire que j’suis de tout coeur avec ses velléités d’avoir une maison propre et rangée à tout prix et que si elle veut me voir tout astiquer façon Dyson Tornado, faut juste avoir la patience de laisser un foutu capharnaüm s’installer…

7 réflexions sur « Histoires de ménage(s) »

  1. Et comment que je me souviens de la première grossesse…
    Elle a failli user les vitres à force de les frotter.
    ^o^
    J’ai encore bien ri en te lisant.
    Tu nous dis quand cela passe le reportage Tivi.
    Des bisous.
    Cath.

  2. aussi contradictoire que cela puisse paraître, je prendrai une femme de ménage quand je serai moins bordélique… je n’oserai jamais en faire rentrer une chez moi… :-)!!

  3. … moi j’dis pareil que Magaly… A peine la femme de ménage entrera qu’elle me exigera d’être payée triple, fera un signalement auprès de la ddass pour qu’on nous enlève notre fils et un procès pour traumatisme visuel et tout le tintouin 😀
    … à part ça… chouette post monsieur 😉

  4. Excellent soir à chacun des participants de cette communauté ,

    Pour commencer , offrez-moi l’occasion de vous montrer mon appréciation pour toutes les excellentes connaissances que j’ai retrouvées sur cet formidable forum .

    Je ne suis pas convaincue d’être au bon section mais je n’en ai pas vu de meilleure .

    Je vis à Killarney, ca . J’ai 26 années et j’élève quatre super enfants qui sont tous âgés entre 11 et 13 années (1 est adopté). J’aime beaucoup les animaux et je fais de mon mieux de leur présenter les produits qui leur rendent la vie plus festive .

    Je vous remercie dès ce jour pour toutes les très « à propos » débats qui suivront et je vous remercie de votre compréhension pour mon français moins qu’idéal : ma langue maternelle est l’anglais et je fais de mon mieux d’apprendre mais c’est très compliqué !

    Ciao

    Arthru

  5. Bonjour à tous,

    Pour commencer , permettez-moi de vous montrer ma gratitude pour toutes les super informations que j’ai trouvées sur cet fantastique site web .

    Je ne suis pas convaincue d’être au bon endroit mais je n’en ai pas trouvé de meilleur.

    Je demeure à Courtenay, us . J’ai 36 années et j’élève cinq super enfants qui sont tous âgés entre 4 et 14 ans (1 est adopté). J’adore beaucoup les animaux et je fais de mon mieux de leur offrir les produits qui leur rendent l’existance plus agréable.

    Merci dès aujourd’hui pour toutes les très « à propos » discussions dans le futur et je vous remercie de votre compassion pour mon français moins que parfait: ma langue de naissance est le chinois et je tempte d’apprendre mais c’est très compliqué !

    A la prochaine

    Arthru

Laisser un commentaire