Faut jamais dire jamais

Aaaah les gens autour de nous en général (et les commentaires du dernier post sur Facebook, on s’amuse comme des p’tits fous) me font bien marrer… quand on leur dit « ah non 2 gamins, c’est bien, c’est tout pour nous », y’en a pas mal qui répondent « oh tu sais, faut jamais dire jamais, hein ! »Mais « jamais dire jamais » à quoi ? On parle bien de niquer un p’tit coup (ça, encore, j’veux bien « jamais dire jamais »), qui implique de pondre un gamin neuf mois plus tard, qui implique des tas de joyeusetés pour les vingt ans à venir tout le reste de ton existence ?

Parce que moi, quand on me dit « faut jamais dire jamais », j’ai l’impression d’être Amy Winehouse qui jure mordicus qu’elle ne retournera jamais en rehab et à qui on répondrait « oh faut jamais dire jamais, tu sais ! ».

Epicurienne

Dans ce cas-là précis, oui, je suis ok, « faut jamais dire jamais » prend tout son sens. Pareil pour la picole, la drogue, les putes, voire le vol si t’es clepto ou la courgette-sodomie si c’est ton kif. Enfin bref : tout ce qui peut revêtir une notion de plaisir.

Peut-on réellement comparer « moi j’ai deux gamins et c’est bon pour moi, on va s’arrêter là » à « 15 années de clope, c’est bon pour moi, j’arrête » ?… Sérieusement ?

Laisser un commentaire