La location d'enfants, un secteur d'avenir

Notre programme des quinze derniers jours – un week-end à Venise et une semaine de vacances sans nos deux filles – m’amène à réfléchir à un projet d’entreprise : la location d’enfants.

Prenons un exemple :

Un jeune couple souhaite avoir des enfants. Mais comment tu fais pour savoir si ça te plait, d’avoir des enfants, hein ? HEIN ? Bah tu peux pas savoir. C’est pas comme une voiture. Avant d’acheter une voiture, tu l’essaies toujours, pour voir si la conduite te convient, si t’es à l’aise au volant etc.
Avec des enfants, c’est pas pareil : pour essayer, t’es obligé de passer à la caisse d’abord, de sortir la carte de crédit, d’acheter la poussette, la chambre du p’tit etc etc, de prendre ta grande tarte dans la gueule (les lecteurs de Futur Papa comprendront).

Pendant ce temps, de jeunes parents heureux d’être parents mais que quand même de temps à autre, revenir cinq ans en arrière, ça fait plaisir seraient ravis de louer leurs enfants pour quelques jours / quelques semaines, histoire de donner à ces couples un test grandeur nature.

La preuve que c'est une bonne idée : y'en a qui sont sur le coup !

Pour résumer :

  • Face à la surpopulation à venir, arrêtez de faire vos enfants vous-mêmes, louez-les.
  • Pour les futurs parents : hop tu fais un test et surtout, tu peux te frotter à toutes sortes d’âges : tu changes de la couche avec un nourrisson, tu vis des discussions passionnantes avec un ado, tu peux même louer un beaucoup plus grand, si tu veux voir comment ça fera quand ton gamin divorcera.
  • Pour les parents : ça fait plaisir, c’est l’occaz de se faire des p’tites soirées tranquillos tout en gagnant quelques ronds (pour financer les chouilles ou les mettre en épargne pour les enfants) ! Seul petit bémol, revenir à la réalité quand ta marmaille est de retour.

Toi, parent, je SAIS qu’au fond de toi, tu trouves l’idée séduisante, que tu as levé les yeux en imaginant les semaines chidless, que ça serait fantastique. Meuh vazy nie pas, je sors de plusieurs jours sans enfant et putaing, qu’est-ce que c’était sympathique.

Ils sont où, les bizness andjeuls ?

1 réflexion sur « La location d'enfants, un secteur d'avenir »

  1. Merci, mais j’en suis venu à la même conclusion.
    Location d’enfant : 300 Euros par moi pour un samedi après-midi sur deux.
    Agence de location : Tribunal de Créteil
    bref, ça fait 6 jours par an de paternité et des années de prosternation, supplication, devant ce temple de la location d’enfants.
    Et dire, que la 1er année, ne comprenant rien à rien, j’avais dit à la juge :
    Madame, si je n’ai pas mon fils plus longtemps, j’abandonnerai ma paternité.
    menace atomique, pensai-je oui, elles ont dû bien rire ses femmesentres elles, juges, avocates, etc… ce qu’elles ont dû rire!

Laisser un commentaire