[2006] Un bout de sein en silicone, dites-vous ?

Je suis retombé un peu par hasard sur des archives que j’ai écrites dans un blog en juillet 2006, juste après la naissance de Lyna. Quelques semaines plus tard, je ne savais pas vraiment quel ton adopter en toute sérénité… et j’ai préféré le supprimer pour le relancer deux ans et demi plus tard sous la forme que vous connaissez. Ils ont une saveur particulière aujourd’hui, que je souhaitais partager avec vous.

La vie réserve parfois des surprises. La vie de jeune papa également. Des trucs qu’on n’aurait jamais imaginés possibles avant…

Dimanche 2 juillet. Deux jours après la naissance de la fifille. Coup de fil super matinal. 7h30 du mat’. J’ai pas dormi des masses cette nuit, la France a gagné contre le Brésil, Elle a eu un coup de blues après qu’on lui ait annoncé qu’elles restaient deux jours de plus à la maternité (antiobiotiques obligent). Plutôt que de faire des tours en voiture en klaxonnant, je suis allé la voir pour la réconforter et lui tenir un peu compagnie puis j’ai eu du mal à m’endormir… 7h30 du matin donc, mon portable sonne. Ma femme a une pêche d’enfer au téléf.

– Allô ? J’te réveille ?
– (tête dans le cul) Hein ? Nan nan nan.
– Est-ce que tu pourrais aller me chercher des bouts de sein en silicone ? Il faut prendre soit la marque Doddie ou Médéla.
– Euh… oui (j’me lève péniblement et vais chercher un bout de papier pour noter ça). Mais pourquoi ?
– Ils m’en ont filé à la maternité, mais ils sont trop gros, la petite arrive pas à le prendre en bouche correctement.
– Ha…
– Oui, donc il faudrait prendre des tailles S.
– Ok. Mais dis…
– Oui ?
– Où est-ce que je peux trouver des bouts de sein en silicone un dimanche matin ?
– Ca se trouve soit en supermarché, soit en pharmacie de garde.
– Tu penses que les supermarchés vont être ouverts un dimanche 2 juillet ?
– Non je crois pas.
– Donc y reste la pharmacie de garde.
– Oui voilà (la petite pleure derrière). Ha j’dois te laisser, y’a une puéricultrice qui arrive.
– Mais euh…?
– Tuuut tuuut…

La question du jour : comment trouve-t-on une pharmacie de garde ? Contrairement à mes habitudes, j’ai pas regardé sur Google. Je suis donc allé à la pharmacie du coin, sur laquelle il y a un joli petit écriteau : « Pour la pharmacie de garde, contactez le commissariat de la ville ». Ca me fait une belle jambe, tiens. Et le numéro de téléphone, c’est quoi ?

Comme SFR a décidé que le numéro de renseignement ne marcherait pas le seul jour de mon existence où j’en ai besoin, retour à la case départ : maison, ordi puis pagesblanches.fr.

Après avoir passé un coup de fil au commissariat, me voilà devant la pharmacie de garde. Je sonne, une ptite dame avec une minerve vient m’ouvrir.

« Bonjour, je voudrais des bouts de sein en silicone, siouplé, des Doddie ou des Méléda, taille S… Vous avez ça ? » La dame me regarde bizarrement. « Je vais voir si j’ai ça »… « Taille S, madame ! N’oubliez pas ! » Elle m’amène une boîte (des Dodies – je suis devenu expert en bout de sein en silicone) mais y’a pas de taille dessus. Le bout de sein en silicone, c’est taille unique. On va faire avec, hein.

Après tout, va falloir que fifille s’adapte. Pareil que son père.

— Vous pouvez aussi voir ce post, écrit en octobre 2009

Laisser un commentaire