Le Papa Noël c'est de la merde

(oh tiens encore un post où je vais me faire des copines et des copains)

Comme beaucoup de parents, j’ai des principes à la con. L’un d’entre eux consiste à ne pas raconter de bobards à mes gamins. Simple à appliquer quand ça ne concerne que nous, il suffit qu’on se démerde entre nous mais dès que le flûtiau touche à l’universel, c’est BIEN plus compliqué.

C’est le cas avec… le Père Noël. Quand le monde entier se met d’accord pour raconter un tas de conneries à tes gamins, que faire ? J’ai choisi de fermer ma gueule et de ne surtout pas cautionner. Mes filles ne m’entendront jamais parler du Papa Noël, de la cheminée, des cadeaux et de toutes ces merdes.

Difficulté numéro 2 : ma femme est A FOND dans l’esprit de Noël et tout ce tas de bullshits. Dé-solidarité silencieuse, donc.

« Mais pourquoi est-il si rabat-jooooooie ? », me diras-tu. PARCE QUEEEEE… perso, j’ai très mal vécu la « révélation » étant gamin. A partir de là, plusieurs constats :

  • Vous êtes sûrs-sûrs SÛRS que vous l’avez bien vécu, vous ? Ca ne vous a pas fait bizarre ? Ou bien vous avez occulté que vos parents vous ont ouvertement menti pour la première fois de leur vie.
  • Parce que oui, le Père Noël, c’est le premier mensonge qu’on fait à son gamin et surtout LE mensonge universel accepté par tout le monde. Au nom de quoi on reproduit bêtement ce que nos parents nous ont fait « subir » ? Y’a pas moyen, je lutte contre cette idée de toutes mes forces.
  • La plupart du temps, on l’apprend non pas par les parents, mais à l’école, par les copains ou par une pub à la télé. Ou bien c’est plus insidieux : on s’en rend compte petit à petit et JAMAIS les parents ne viennent te dire « bah oui, on t’a raconté des bobards parce que ». Qu’y a-t’il de pire de se rendre compte du mensonge de quelqu’un qu’on aime par quelqu’un d’autre ? Qui ici-même préfère apprendre par autrui que ta moitié t’a fait cocu ?
  • « Le mensonge, c’est une expérience de la vie », m’ont dit certaines personnes autour de moi. Bah bravo, c’est vachement raccord avec les lutins, le traîneau et tout le toutim. Un peu de cohérence bordel.

Entre la vérité brute mais honnête et un mensonge bidon + une révélation mal gérée, vous préférez quoi, vous ?

(Oh j’avais oublié, ma femme avait utilisé avec fourberie Le Père Noël pour se débarrasser de la tutute en 2008… il aura au moins servi à ça, ce vieux débile)

26 réflexions sur « Le Papa Noël c'est de la merde »

  1. tout à fait d’accord avec toi… autant j’aime la féérie des fêtes, autant le père noel ça ne me branche pas… eh oui, le jour où j’ai demandé à ma mère si le père noël existait (un petit voisin avait cafté) elle culpabilisait tellement qu’elle m’a déballé la petite souris, et les cloches de pâques… ouah ! je me revois encore la bouche bée attablée à la cuisine…

  2. Tout à fait d’accord avec toi !!
    J’ai pas souvenir d’avoir cru au père noël, mes parents m’en ont toujours parlé un peu comme d’une légende, comme les farfadet, les monstres, les fées…
    J’ai la chance d’avoir un mari du même avis que moi ! Alors chez nous c’est « qu’est ce qui te ferais plaisir pour Noël ? » et pas « Qu’est ce que tu as commandé au Père Noël ? »

  3. J’ai préféré ne pas mentir à mon Poussin de 5 ans 1/2 à qui un copain a dit que le père Noyelle et la petite souris, c’était bidon…
    Mais désolée aussi que l’esprit magique de NOyelle se soit envolé d’un coup, d’un seul de ses yeux… :/

  4. Désolée, la plupart du temps je suis d’accord avec toi, mais là pas du tout !
    Oui, j’ai mal vécu la révélation moi aussi, mais pas parce que mes parents m’avaient menti. Ce que j’ai mal vécu c’est qu’il n’existe pas, et que la magie s’envole avec cette révélation. Après ça noël n’a plus jamais été pareil, mais je ne me suis pas sentie trahie par mes parents, je ne leur en ai pas voulu (je peux en parler, j’y ai cru très tard) Aujourd’hui je leur suis reconnaissante d’avoir préservé cette croyance longtemps, j’en garde de merveilleux souvenirs.
    Je pense que c’est le but du mensonge, ajouter un peu de magie, faire rêver, et prendre du plaisir à voir ses enfants émerveillés. Alors ou est le mal? Des choses autrement plus difficiles attendent nos enfants, alors pourquoi ne pas les faire rêver en attendant?

  5. Même problème morale que toi…

    A cela j’ajouterai :
    Ce qui est problématique à l’école, c’est que ça crée des clans : ceux qui y croient, et les autres. Sachant que, pour le premiers, ils s’aperçoivent tot ou tard qu’on s’est foutu d’eux. Dure expérience…

  6. Tout à fait d’accord avec Magali (sauf que moi c’était St Nicolas, on a jamais eu de Noël chez moi). Mais le risque, c’est que tes petiotes soient parmi les sagouins qui disent aux autres que c’est n’importe quoi, non ? Et ça, j’approuve pas : les autres gosses ont le droit d’y croire… Mais au final, elles y croient ou pas, les blondinettes ?

  7. Salut,

    Mon fils à 5 ans et j’suis comme toi je peux pas lui mentir sur le père noël, la p’tite souris, etc…

    On lui a dit que le père noël n’existait pas mais lui a choisi d’y croire!!!! J’ai au moins bonne conscience de ne pas lui avoir mentis 😉

  8. on a toujours fait semblant et parlé du père noël mais on a jamais eu de cadeau du père noël. on remerciait la personne qui nous l’avait offert… On a joué avec cette légende pour nous faire rêver et quand un enfant demandait « il existe le père noël?  » je répondais « on a envie d’y croire… il existe que dans nos rêves! »

    Mais la petite voisine y croyais dur comme fer et a voulu que mon fils téléphone au père Noël
     » le père noël il me demandait ce que je voulais et il écoutait jamais la réponse! » ha ha!!!!
    et quand la voisine me montrait ses cadeaux je lui ai demandé
     » et qui t’a offert ce cadeau? »
    la mère m’a fait les gros yeux en disant: « ben le père noël!! enfin voyons!!!!!
    oups!!!!!!! j’en revenais pas que ce soit à ce point!!!!

  9. Je répondrai à ta question a propos de la réaction lorsque j’ai appris la vérité: j’ai du l’apprendre par un tiers, et suis allée demander confirmation à ma mère qui m’a avoué que c’était une histoire inventée. Je lui en ai beaucoup voulu car j’étais très déçue, et je me souviens lui avoir dit que c’était débile de faire croire ca aux enfants, que je ne mentirai jamais aux miens la dessus. Je trouvais que c’était très méchant.

    Maintenant je n’ai pas encore d’enfants et ne suis pas sûre d’essayer de lutter contre le mensonge général quand j’en aurai…

  10. Pas d’accord avec toi!

    J’ai arrêté de croire au Père Noël à 4 ans parce que ma meilleure amie, dont le père pensait aussi qu’il ne fallait pas mentir aux enfants, m’a fait la grosse révélation. Si ça m’a traumatisée? Pas du tout, mais alors PAS DU TOUT.

    J’me souviens d’avoir pensé plus tard, quand ma mère a du me rappeler à quel âge j’avais arrêté d’y croire (trop jeune pour m’en souvenir), qu’il fallait être sacrément aigri pour refuser un peu de rêve à ses enfants. Et sacrément égoïste aussi.

  11. À la fois ça se tient et à la fois pour moi ça n’a tellement pas duré que ça me fait surtout un souvenir amusant… On attendait tous comme des ronds de flan le père noël dans le salon et on m’a envoyée voir s’il était passé à côté, genre l’arrière grand-mère va la retenir un peu le temps de sortir tous les cadeaux, sauf que je suis revenue comme une flèche et je les ai tous surpris avec les cadeaux dans les bras. Au final, je me souviens très clairement que j’avais surtout trouvé ça très drôle de les prendre sur le fait. Et puis c’est sympa aussi de découvrir que tout le monde se casse la tête pour te faire plaisir.
    Après j’imagine que plus on y croit longtemps plus c’est difficile…

  12. D’habitude, je suis assez d’accord, mais là, quand meme…
    Perso je suis d’une nature hyper crédule, j’ai découvert le pot-aux-roses en CP et encore, parce qu’une copine me prenait pour une andouille d’y croire encore, et même là, j’étais pas tout à fait sûre… J’ai demandé à ma mère qui m’a expliqué, et je l’ai très bien vécu car j’ai eu l’impresion de « grandir ». Les souvenirs de ma petite enfance où je chantais « petit papa noël » pour le faire venir sont parmi mes plus beaux, parce que magiques justement.

    Personnellement je ne veux pas priver mes enfants du père noel, meme si ce sont des âneries, parce que c’est un univers merveilleux et que les enfants ont besoin de merveilleux, de rêve, de magie dans leur petite enfance.

    Alors je prends des gants: « on raconte que… », « La légende dit… » etc. je leur lis des histoires de père noël pour qu’ils voient que le mythe revêt plusieurs forme et laisse libre cours à leur imagination.

    Mon fils de 5 ans commence à se poser des questions (pourquoi ils peuvent voler les rennes?) mais je lui laisse le temps de faire la découverte tout seul. Je ne veux pas être celle qui brise le rêve… ils y tiennent tant.

  13. A l’inverse je connais des gens (adultes aujourd’hui) qui regrettent énormément de ne jamais avoir cru au père Noël car leurs parents ne voulaient pas leur mentir. Ce sont généralement de chouettes souvenirs cette période là. Même quand on est plus grand et qu’on n’y croit plus on participe toujours à la magie pour sa petite sœur…

  14. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Dans mon cas je laisse mon fils (4 ans) tirer ses propres conclusions sur le sujet. Quand il me demande: Maman est-ce que le Père Noël existe ? (Oui, oui il semble déjà avoir des doutes sur la supercherie), je réponds: Crois tu que un gros bonhomme qui vole dans son traîneau ça existe ? As-tu déjà vu un traîneau volant ou des rennes qui volent ?…Il est allé mijoter le tout dans sa chambre, espérons que ça donnera le résultat escompté le 24 décembre…

  15. Comme Florence, je pense que ça peut aussi être vu comme une façon de grandir, et être très bénéfique.
    Ca dépend beaucoup de la personne en elle même, amis tu peux peut-être parier sur le fait que tes filles sont suffisament fortes psychologiquement pour ne pas être traumatisées…?

    Plus que de ne rien leur cacher, c’est surtout dans le dévoilement qu’il faut les ménager, petit à petit…

    Peu importe la manière, on ne brutalise pas ses enfants, donc la vérité nue est parfaite si donnée par tout le monde (y compris ta femme), sinon, mieux vaut y aller tout doucement… non ?

  16. Ce n’est pas bien ce que tu viens de faire… j’ai lu ce post y a une semaine en rigolant…. En me disant Fabrice il exagère (oui oui quand je te lis, je fais des commentaires de ce genre enfin bref)…
    Et puis de manière insidieuse ce post me reviens comme des flashs quand mon presque 4 ans me demande quand on postera sa lettre du le papa nowel… Quand il coche et explique a mon paternel (son GP 🙂 tu me suis)) que le papa nowel lui amènera ce qu’il veut… j’ai un signal rouge, mon cœur qui se serre… je mens a mon tous petit comment va t’il réagir? Va-t’il m’en vouloir et louper son bac??? Me mettre dans un asile quand je deviendrai sénile ? Fabrice tu devrais avoir honte pour la gêne qui m’envahi maintenant quand je parle de ce p’tit mec en rouge…

  17. moi perso c la petite souris ou j’ai ete tres decue, la j’ai compris que j’etais vraiment trop conne d’avoir cru qu’une souris pouvait venir mettre une piece et se barrer avec ma dent et enplus elle attendait que je dorme, elle allume pas la lumiere et elle meurt jamais cette petite souris !
    et je trouvais qu’elle etait radin aussi …eurffff

    du coup le pere noel dans la cheminée pas possible surtout kon avait pas de cheminée alors bon :p

  18. La cheminée en moins faute d’en avoir, ma soeur et moi avons cru au Père Noel, mon frère de six ans y croit toujours. Les deux ainées que nous sommes avons été un peu tristes en l’apprenant sur le coup, mais en gros on nous a dit que c’était pas un mensonge mais une légende. Ce qu’on a accepté.

  19. Pas moyen d’éditer son commentaire alors j’ajoute, qu’on ne nous cache pas le coté commercial : nos parents nous expliqu(ai)ent que pour que le Père Noel amène des cadeaux, ils devaient lui envoyer de l’argent, et que donc on pouvait demander tout ce qu’on voulait, mais que a) c’était pas sur qu’il ait assez de place pour tout emmener et b) c’était pas sur non plus que les parents aient assez de sous pour la liste entière. Et on le vivait très bien.

  20. Je lis ce blog depuis quelques jours maintenant, et j’aime beaucoup tous ces petits bouts de vie partagés. Je suis en total accord avec les « principes d’éducation » que vous évoquez, si bien que, même si je n’ai pas d’enfants, souvent je me dis « ah ben oui, ça j’y avais déjà pensé, pour le jour où j’aurai des gosses ». Et pourtant, là, je suis entre deux eaux. Première chose à préciser : je ne suis pas du tout fan de Noël, et j’ai tendance à m’enfermer chez moi en attendant que ça passe. Mais quand j’étais petite, j’adorais vraiment cette période et l’esprit qui allait avec.

    Personnellement, je n’ai pas mal vécu du tout la « révélation »… Un jour, un peu avant mes 5 ans, j’ai dit à mes parents que, selon moi, le père Noël ne pouvait pas avoir distribué de cadeaux à mes ascendants lorsqu’ils étaient enfants (papi et mamie n’arrêtaient pas de me raconter leurs anecdotes de jeunesse), parce qu’il ne pouvait pas être immortel, vu que la magie, ça n’existait pas. J’en avais conclu que c’étaient les parents qui achetaient les cadeaux, et puis voilà. Mes parents m’ont juste dit de ne pas le dire à mon petit frère, et lui-même a découvert tout seul la vérité plus tard, sans heurts.

    Je comprends très bien ce refus de « mentir » à ses enfants, mais je vois plus ça comme un peu de magie qu’on peut leur offrir tant qu’ils y croient. Je n’ai que 20 ans et pas d’enfants, mais je pense que ça ne me dérangera pas, plus tard, de faire croire à ma progéniture que le père Noël apporte les cadeaux le 25 décembre.

  21. Je suis la première à dire qu’il ne faut surtout pas reproduire certains schémas parentaux sous prétexte qu’on nous les a fait subir à nous (au moins y réfléchir deux minutes et se demander si c’est bien !). Et moi, à 6 ans, j’ai très, très mal pris la « révélation ». Pourtant, j’aimerais quand même le refaire quand j’aurais des enfants. Et Oué.

    Pas que je sois sadique. Mais je me suis rendu compte depuis que Noël, c’est magique. Même sans vieux barbu, même quand on est adulte, c’est magique. Et parler du Père Noël me semble un moyen certes grossier, mais très pratique pour « initier » les enfants à la magie de Noël.

    (Oui c’est mon côté un peu fofolle peut-être. Mais je comprends et respecte tout à fait le choix que font certains parents de ne pas parler du Père Noël à leurs enfants !)

Laisser un commentaire