Travaux 2010, bilan subjectif

Ca va faire deux mois qu’on roupille dans le canapé (il est grand, certes) et là, ce soir, on réintègre notre chambre et notre nouveau lit et notre nouveau matelas (un jour, je vous raconterai cette fantastique escapade chez Ikea un 11 novembre, parfois j’ai envie de violenter ma femme à coups de chamallows tellement elle prend des décisions chelous).

Et vous savez quoi ?

  • Je n’ai monté qu’un morceau de l’énormissime armoire qu’elle a souhaité se procurer (je suppose que pour elle, c’est une marque de statut social),
  • Il m’a fallu dix minutes pour que ça me gonfle, tellement cette penderie me semblait démesurément IMMENSE par rapport à nos besoins (cf l’histoire de statut social qui m’a encore plus énervé)
  • Heureusement, Beau-papa est un extraordinaire bricoleur
  • Heureusement, Cath sait y faire avec son père
  • … Mais en plus de tout ça, je ne ressens aucune honte / aucun sentiment « oh mon dieu je n’ai pas accompli mon devoir de mâle ».

Mais une chose est sûre : ma femme sait avant tout assumer ses conneries envies de changements et donc se démerder seule. Et bordel qu’est-ce que je l’aime pour ça.

Je plains de tout mon coeur les mecs dont les gonzesses font peser sur leur aorte leurs plans à la con (si c’était le cas pour moi, je divorcerais me verrais dans l’obligation de m’en mêler et je pense que ça foutrait VRAIMENT le bordel dans ses plans hahaha).

1 réflexion sur « Travaux 2010, bilan subjectif »

  1. Et quand c’est l’inverse? oui alors chez nous c’est le séjour qui est en chantier depuis 2 semaines, et Monsieur mon mari a eu comme une envie de refaire le salon un mercredi soir, je rentre du boulot et je vois quoi? Que le filston n’a plus de chambre parce que tout les meubles y sont, et que tout est détapissé. Oui mais Monsieur mari est une quiche en enduit, alors qui s’est tapé 2 semaines d’enduit peinture non stop??? BIBI

Laisser un commentaire