Tout un pata-couffin

(oui je sais que ça s’écrit patacoufin, ça vaaa)

Ce jeudi midi, alors que nous déjeunions tranquillement avec mes parents et ma belle-famille, ma mère et moi nous sommes livrés à un énième clash. Enfin, clash, tout est relatif, disons que c’était plutôt une discussion d’adulte à adulte, pas un truc genre « ouééé t’es trop une connasse d’abord !!! ». Non j’ai passé l’âge.

Ma mère souhaite donc acheter un couffin à Kim pour son anniversaire. Rapport au fait qu’elle joue beaucoup avec ses poupées. Et moi je veux pas. Rapport au fait que ça m’énerve de l’encourager à jouer à la maman. Donc je le dis à ma mère et ma mère ne comprend pas pourquoi je suis aussi casse-couilles avec mes filles, à ne pas vouloir leur acheter des trucs de filles. « Offre-leur des p’tites voitures plutôt ! » que j’lui dis. « Bah non, c’est pour les garçons les p’tites voitures » qu’elle me répond. « Hé bah c’est bien ça le problème » que j’lui rétorque. « Mais t’es chiant hein ». Bah oui je sais. « Mais j’le sais, j’finis par te connaître ». Bah tu vois, Maman, tu me connais.

Mais moi, le chromosome Petite Fille, je me bats de toutes mes forces contre, j’y peux rien, ça me révulse. Les jouets à la con, les histoires débiles de princesse et de prince charmant, enfermant les filles dès le plus jeune âge dans des schémas vieux comme le monde, j’en veux pas pour mes filles. J’veux en faire des êtres libres de choisir ce qu’elles veulent faire de leur vie. Maman au foyer ou femme des années 80 jusqu’au bout des seins ayant réussi l’amalgame de l’autorité et du charme, peu m’importe, mais qu’elles les fassent parce qu’elles l’auront choisi en tant que personnes douées de recul sur leurs envies, et pas juste parce qu’elles suivent le chemin qu’on leur a tracé implicitement et inconsciemment depuis le berceau.

Ça sera donc des Playmobil, un excellent compromis, sorti de la tête de ma blonde et non moins fantastique femme. Et ma mère, tête de mule qu’elle est, lui achètera un couffin, mais que pour chez elle. Bah ça me va aussi.

(et non, je n’avais pas décidé de tout plaquer pour vivre la vie de Romain Duris dans L’Homme qui Voulait Vivre sa Vie (ça viendra plus tard, peut-être), j’étais juste en train de lancer tranquillement GentleMec.com, un magazine pour les mecs uétavu)

15 réflexions sur « Tout un pata-couffin »

  1. C’est un long débat, cette histoire de « trucs de filles/trucs de garçons ». J’ai passé TOUTE mon enfance à jouer avec mes dizaines de Barbie, à me déguiser en princesse, à jouer à la marchande, à regarder tous les Disney (Petite Sirène en tête) et à me repasser les Sissi en boucle, et j’adorais ça. Eh bah franchement, ado je jouais à World of Warcraft, j’étais trop une rebelle, je portais des baggys et les minettes du collège me révulsaient. Eh bien, aujourd’hui, ce n’est pas parce que je suis passée par ces « étapes » que je me sens lésée, ou que je suis retournée sur un schéma « de fille ». Je n’ai jamais eu beaucoup de copines au collège/lycée, plutôt des copains. Et aujourd’hui j’aime même les filles autant que les garçons, alors bien que mes Barbie roulaient exclusivement des pelles à mes Kens, je n’en sors pas déréglée. Pourquoi ne pas poser directement la question à tes filles sur ce dont elles ont envie ? Après tout, si par exemple elles crèvent d’envie d’avoir un couffin pour mettre des poupées dedans, tu ne peux pas leur refuser sous prétexte que « c’est trop fille »…

  2. Le couffin chez mamy est un bon compromis selon moi, faut qu’elles puissent découvrir les deux « univers ».
    Allez! Un p’tit troisième pour avoir un garçon et montrer aux filles ce que c’est ?

    Sinon, ma petite soeur, à qui je raconte les aventures de Lyna, m’a demandé si, cette année pour son annif, vous aviez mis la piscine finalement ? (Vous n’êtes pas morts, c’est déjà ça…)J’dis ça rapport au billet que t’avais pondu y a un an et qui en parlait.

  3. Mouais, si vous aviez eu un petit garçon et qu’on lui avait offert un couffin, auriez vous refusé ?

    Comme dit Chloé, moi aussi j’ai joué toute mon enfance avec des jouets de filles (et aussi avec des jouets de garçon, l’avantage d’avoir un petit frère, mais j’étais plus attirée par les Barbies que les voitures…) et je suis pourtant féministe, ayant épousé un féministe qui en fait autant que moi à la maison (si ce n’est plus, vu que j’ai un métier très prenant). Ce qui compte surtout, je pense, c’est l’entourage et l’éducation, et pas uniquement les jouets.

    Si elle en a envie, où est le problème ? Je comprends que vous vouliez l’ouvrir aux autres jouets, mais de là à enlever tous les jouets typés petites filles… si vous aviez eu un garçon, vous lui auriez bien offert des voitures et des camions, non ? Pour ma part j’ai un petit gars de 18 mois qui s’éclate autant avec les camions qu’avec des poupées, il a d’ailleurs les 2 et si j’ai une petite fille ça sera pareil (seul véto, la mini-table à repasser, là vraiment c’est au dessus de mes forces 🙂 ). Le plus important n’est ce pas d’écouter ce que veut l’enfant tout en lui ouvrant d’autres horizons ?

    PS : Pour les 3 ans de mon filleul, je lui ai offert un maxi cosy pour sa poupée… parce qu’il l’avait demandé. S’il m’avait demandé un gros camion, je me serais exécutée aussi 🙂

  4. Je suis d’accord avec Chloé.
    J’ai joué aux poupées, à la dinette & ça ne m’empêche pas d’être une trentenaire « équilibrée »… De ce point de vue en tout cas.
    La laisser jouer à la princesse ne va pas faire d’elle une dinde soumise, si ? Elle a envie de quoi Kim ?

  5. Je suis d’accord avec Chloé, si elles en ont envie je ne vois pas le problème. j’ai vécu avec des barbies et des Gi, mon frère faisait le papa de mes poupées il n’en est pas moins mec. Je jouais avec ses voitures aussi. j’avais de chouettes poupées 🙂
    Le seul truc c’est les chariots de ménage avec le pti balais, le pti sceau et compagnie. Là ok je suis pas fan du tout. Mais les poupées …

  6. je comprends tout ce que tu souhaites éviter, mais il n’y a pas beaucoup à faire contre le fait qu’à un moment donné, par phases même, les enfants se construisent au biais du mimétisme.
    et quoi que ça te hérisse, les filles voient plus souvent les femmes pouponner et s’acquitter des tâches ménagères que les hommes.
    les enfants ont besoin de sexuer les activités pour sexuer les identités, et ils cherchent la leur au travers de ce qui semble en être les « symptomes » ou du moins « caractéristiques récurrentes ».
    je soutiens ta démarche mais elle ne doit pas tomber dans l’excès inverse, le juste milieu et le fait de laisser son enfant choisir est la meilleure position à adopter, je crois.

  7. totalement d accord avec Lara, je pense que tu te bats contre des moulins a vent.Tu ne pourras pas empecher ta fille de developper son chromosome fifille , mais grace a ton education et ta vision des choses, je suis sure que d ici quelques annees, elle fera la part des choses et reverra surement ses priorites

    D ici la sois patient et fais gaffe de pas devenir l empecheur de tourner en rond , car tu risques de developper l effet inverse chez tes puces, elles reveront de ce qu elles n ont pas souvent , des maisons, des barbies , des polly pocket, des deguisements de princesse…

    allez courage

  8. Moi ce qui me hérisse le poil, ce sont les couffins ROSE BONBON-culculpralinefifille et les camions ROUGE et BLEU vroumvirilesuperhéros. Mais en cherchant bien, on trouve de jolis couffins ni rose ni bleu et il me semble qu’il n’y a rien de plus normal qu’un jeune enfant ait envie de pouponner. C’est en effet, je crois, l’éducation qui va permettre à l’enfant de ne pas s’enfermer dans un stéréotype et cela passe par la possibilité d’avoir des jouets marqués « féminins » ET « masculins ». Après tout, les papas aussi s’occupent de leur bébé et les baladent en couffin, NON ?!

  9. Et bien je suis maman de 3 filles (4ans, 2ans et 9mois). Elles ont à la fois des voitures, un circuit de train, des légos, des puzzles, des poupées, de la dinette … Elles portent des robes, pantalons, salopettes …Du bleu, du vert, du rose du rouge ….
    Bref je pense que également qu’il est bien de leur laisser le choix des jeux à nos enfants mais pour qu’elles puissent choisir elles doivent je pense essayer … Donc il est bon de les laisser découvrir au maximum différents objets.
    Je suis sure que les personnalités et les gouts sont déjà ancrés dans les caractères de chacun …. Et je crois qu’il est donc bien difficile d’orienter et a font influencer nos enfants (ou autre personne d’ailleurs !!)

  10. Notre Lisa a eu trois ans samedi dernier comme Kim et elle a eu comme cadeau: une caisse à outils avec casque de chantier, un déguisement de fée des abeilles et un livre sur les licornes! Elle joue autant avec ses barbies qu’avec son déguisement de pirates, ses épées ou ses légos. C’est bien sur en jouant que les enfants construisent leur personnalité mais c’est surtout en mimant ce qu’ils voient: ma fille m’a vue refaire le couloir de l’appart (enduit, peinture etc) et voit quotidiennement son père faire à manger ……….c’est la multiplicité des modèles qu’ils verront autour d’eux qui leur ouvriront un maximum de possibilités de devenir et de choix, bien plus à mon sens que les jouets de l’enfance qu’ils peuvent à leur guise détourner. Si Kim n’avait pas de couffin, elle aurait bien pris n’importe quel sac pour s’en faire un et n’importe quel poupée ou peluche pour faire un bébé et un garçon à qui on refuse un poupon ou un mini-balai détournera lui aussi d’autres objets pour les transformer par son imagination en l’objet convoité!

  11. Bjour,
    je suis une fille, on ne m’a offert que des trucs de fille, et ça ne m’a jamais intéressée. Heureusement que les parents ont fini par comprendre que les Playmobil, c’était bien plus intéressant que les Barbie. Malheureusement, je n’ai jamais réussi à faire passer le message pour les Lego.
    Je trouve aussi épouvantable que le jeu chez la petite fille soit une éducation à la maternité (de même que voir tous ces jeux violents pour les garçons, pas les petites voitures, mais les soldats, les armes, etc). On a l’impression qu’une fille ne peut devenir une femme que via la maternité, c’est étouffant.

  12. J’aime bien le commentaire de Chloé (et à vrai dire, j’ai lu que les 2 premiers, j’avais pas trop le temps… ni le courage aussi) et je suis assez d’accord, ça ressemble pas mal à mes jeux de petite fille et à mon adolescence pas du tout midinette non plus !
    En fait, ce qui doit être important au-delà des jeux que l’on confie à nos enfants ou des vêtements qu’on leur fait porter, c’est le discours qu’on leur tient et les modèles que nous sommes pour eux, en termes de discours et de comportements. Donc de ce point de vue-là, mes parents ont pas dû trop foirer. Et j’ai l’impression que tu es aussi sur cet longueur d’onde, toi auteur de ce blog que je découvre et dont j’aime le ton.
    A bientôt !

Laisser un commentaire