No No No No No There's No Limit

(ça faisait longtemps, hein ? Salut !)

AngryKid-fuck

Après six ans et demi de parentalité partagés avec ma chère et tendre, je pense qu’on a identifié notre plus gros différent vis-à-vis de l’éducation de nos mômes. Elle a besoin que ses filles l’aiment, même si ça lui coûte. Cher parfois. Alors elle mord sur sa chique, parce que l’amour de ses filles compte plus que tout.

De mon côté, non pas que je sois un être insensible à l’amour de ses enfants, mais j’ai mes limites. De patience. D’attention. De moments où faut pas venir me déranger. Des limites que je pense avoir défini clairement. Qu’elles ne dépassent que rarement. Et quand elles poussent trop loin leur chauve de père, je leur fais savoir. Même s’il faut lever le ton.

Cath a infiniment plus de mal avec cette clarté. Ça ne l’empêche pas d’être humaine, que les filles la gonflent mais elle se tait. Chaque jour qui passe, elle s’asseoit donc un peu plus sur son crédit patience. Puis un jour, la cocotte pète. Comme l’autre soir. Souvent ça me retombe dessus. Je préfère que ce soit moi qui prenne plutôt que les filles. Ça m’agacerait qu’elles pâtissent trop violemment du fait que leur mère ne soit pas capable de leur dire clairement au quotidien « non pas maintenant ».

Cath considère que les filles ont « besoin » de leurs parents, même quand elles n’en ont pas besoin. Moi je considère que les filles sont suffisamment grandes pour dire quand elles ont besoin. Je les élève comme ça, c’est un message qui revient régulièrement. Est-ce que ça leur pèse ? On fera les comptes à la fin.

Mais je pense qu’il est là, le vrai challenge du quotidien dans l’éducation des mômes. D’abord d’être capable de dire « non » à ton chiard, mais aussi et surtout d’avoir les couilles de tenir. Quitte à subir un regard assassin ou une crise de larmes.

(et la joyeuse année à vous !)

7 réflexions sur « No No No No No There's No Limit »

  1. olala… ça me fait beaucoup de bien de lire ta façon de voir l’éducation des enfants. Limite ça me convaincrait d’en faire, car il semble possible à travers tes billets de les élever.. librement dans cette drôle de société… et de ne pas en être « esclave » .. thanks !

  2. Lectrice silencieuse depuis genre toujours, je me demande si vous vous séparez Cath & toi.
    Un ressenti dans le ton des articles.
    Peut être que je dis n’importe quoi.

  3. Tu veux dire qu’il y a des moments ou elles viennent te voir (pour discuter, jouer, n’importe quoi) et que parfois dans ces moments tu leurs dis non parce que besoin de repos ? Et que ta femme veut toujours être 100% dispo pour elles ?

Laisser un commentaire