Les commandements du marketing éditorial

Allez donc lire cet article fort bien fichu qui explique que le marketing éditorial n’est pas (forcément) un mal, selon la façon dont on s’y prend.

Je suis on ne peut plus d’accord, et les quelques expériences bien gaulées qu’on a pu tester permettent d’avoir le beurre (un contenu intéressant sur un produit qui intéresse la rédaction — et dont on aurait parlé de toute façon) et l’argent du beurre (celui qui permet en plus de payer la rédaction).

Sur madmoiZelle.com, on a par exemple réalisé un dossier sur Adopte Un Mec ou encore un spécial Enterrements de vie de jeune fille avec Leetchi.

Dans les deux cas, une fois qu’on s’était mis d’accord sur les thèmes qu’on allait aborder et SURTOUT les annonceurs ont joué le jeu et nous ont foutu une paix royale — sans quoi l’opé n’aurait de toute façon pas vu le jour.

Ils nous ont laissé écrire exactement ce qu’on souhaitait et on a bien sûr précisé que ces opés étaient réalisées dans le cadre d’un partenariat commercial. Cette honnêteté vis-à-vis du lecteur — de la lectrice nous concernant — est selon moi la base de tout contrat de lecture qui se respecte.

Laisser un commentaire