Kim, la piscine et le temps qui passe

Les lectrices et lecteurs réguliers le savent : chaque lundi ou presque, j’emmène les fifilles à la piscine après l’école. Lyna y prend son cours de natation pendant que je… je nage — appelons-ça comme ça — avec Kim.

Au départ, elle me grimpait sur le dos pendant que je tentais de faire des longueurs. Seul souci : elle se lâchait pour mieux barboter toute seule, sans brassard. Et donc elle se noyait, inexorablement. Au bout de la troisième fois, je me suis demandé si je n’allais pas la laisser couler. Après tout, elle avait l’air d’avoir envie de se débrouiller. Mais bon, l’éducation à l’autonomie a ses limites.

Alors je l’ai récupérée et j’ai arrêté de vouloir nager tranquille, en m’imaginant qu’elle me suivrait façon poisson pilote. Donc je l’ai poussée à apprendre des trucs, à dépasser ses p’tites limites, qui devaient paraître immenses à ses yeux.

Elle a donc commencé par plonger toute seule, puis sans que je la rattrape de suite une fois sous l’eau, puis elle est allée rejoindre l’échelle toute seule après avoir sauté… puis elle a commencé à relever la tête hors de l’eau entre deux brasses approximatives… jusqu’à lundi dernier, où elle s’est élancée de la ligne d’eau pour rejoindre le bord, toute seule, sans mon aide. Elle galérait un peu sur la fin, mais elle s’en est sortie sans aucun souci. Hop, un crapaud à l’eau, qui sortait son museau pour prendre sa respiration puis replongeait pour mieux nager façon p’tit chien. « Utilise tes bras » que j’lui disais. Succès, « high-five de grande », p’tit câlin, grand sourire, joie. Le vrai panard.

Puis j’ai pris deux secondes. Et j’me suis dit que ça y est, mes mômes savaient nager. Ça c’est fait, elles n’auront pas peur de l’eau. Satisfaction paternelle.

Puis je me suis rendu compte que plus jamais je ne connaîtrais ce sentiment. Alors je lui ai dit « encore une fois ? » et je l’ai regardée avec encore un peu plus d’attention, pour mieux graver ce moment dans ma mémoire.

2 pensées sur “Kim, la piscine et le temps qui passe”

  1. Toujours aussi fantastique de te lire Fabrice. Et c’est tellement important de ne pas avoir peur de l’eau, j’en ai trop dans ma famille des gens qui ont la phobie de l’eau, ça peut tellement les effrayer!

Laisser un commentaire