Poussez vos mômes vers le haut

Un jour, vous paierez pour aller le voir.
C’est le genre de phrases que ma mère offrait à mes profs quand ils se plaignaient de mon comportement.
Elle m’a toujours bien fait comprendre que je flottais allègrement au dessus de la masse, que j’étais un génie, que j’allais révolutionner le monde, que tout ce qui sortait de mon cerveau était de l’or pur.
C’était bien fichu, parce que bien dilué dans un tas d’autres trucs, dans un savant mélange de défi et d’admiration. Une espèce d’escaliers sans fin, de cercle vertueux. Des encouragements. Des applaudissements qui ont fini par m’énerver à l’adolescence, tellement je la pensais aveugle d’aimer tout ce que je faisais.

Extrait d’un post intitulé « L’éloge de la prétention » sur feu le blog de Navo, que j’ai lu il y a quelques temps à l’époque où son blog existait encore.

Ce billet m’avait renvoyé au traitement de choix que mes parents nous ont offert : ils nous ont toujours poussé vers le haut, toujours mis sur un piédestal par rapport à nos potes, toujours valorisé. Je veux pas parler pour mon frère et ma soeur, mais de mon point de vue, je sais que si j’ai une telle confiance en moi aujourd’hui, c’est aussi grâce à eux, à ce soutien inexorable.

Une leçon pour tous les parents : chérissez ce que font vos mômes, ne les rabrouez jamais, poussez-les vers le haut, encouragez-les, incitez-les à se donner à fond dans ce qu’ils entreprennent, dites-leur qu’ils sont les meilleurs. Au mieux, s’ils trébuchent, ils se relèveront avec l’idée en tête de devenir meilleurs et au pire, ils passeront pour prétentieux aux yeux du reste du monde, mais ils auront une confiance en eux inébranlable.

7 pensées sur “Poussez vos mômes vers le haut”

  1. « inébranlable » à discuter.

     » ils deviendront prétentieux et auront une confiance en eux inébranlable. » et peut-être aussi une vie de merde

  2. Moi je suis o-tout à fait d’accord avec vous Fabrice. Et quelle belle leçon d’amour. Tout mon enfance j’ai manqué de cette fierté de mes parents à mon égards, de leurs encouragements et soutien. et j’en paie encore les pots cassés aujourd’hui… donc oui, soutenons, encourageons, aimons. Tout en sachant que nous ne sommes ni dupes, ni aveugles 😉

  3. Je pense qu’il faut savoir doser, comme toujours avec les enfants. Toujours leur dire qu’ils sont les meilleurs, même lorsque ce n’est pas le cas ne leur rendra pas service pour plus tard car ils risquent de ne jamais se remettre en question. En revanche, les féliciter quand ils le méritent, oui, et plutôt deux fois qu’une. Et s’ils se plantent ou ratent quelque chose, les rassurer, les encourager, et leur expliquer que ce n’est pas parce qu’ils ont raté ci ou ça que c’est la fin du monde, et que l’essentiel est d’avoir essayé (chose que ma mère n’a jamais su faire, elle prenait chacun de mes échecs comme une atteinte à sa propre personne). Je côtoie au quotidien deux personnes dont les parents ont toujours vanté les mérites, même lorsque ce n’était pas justifié, et franchement, ça me ferait mal au coeur que mes deux loulous soient comme ça dans trente ans.

  4. Bonsoir Fabrice,
    oh combien ce post résonne dans mon cœur, et forcément nous renvoie à notre propre éducation.
    J’ai eu le contraire de la tienne, non pas que mes parents étaient des Thenardier mais avaient le compliment difficile, et moi la peur au ventre d’annoncer par exemple une mauvaise note ou (plus tard) de la tôle froissée sur MA propre voiture.
    Un manque de confiance terrible à l’adolescence, puis une vie étudiante complètement à l’inverse de ce qu’on attendait de moi, j’y ai découvert l’insouciance(youpii!) et la procrastination(moins youpi), mais surtout la confiance en moi.
    Confiance que j’ai pu acquérir grâce à d’autres personnes que mes parents(qui m’ont appris plein de choses et que j’aime quand même!!!), mais beaucoup plus tard.
    J’ai avancé dans la vie à pas de chats, mais je ferai tout pour que mes enfants le fassent à grand galop, et comme tu le dis, même s’ils trébuchent qu’ils aient la confiance d’avancer encore. Mais cette fois, à pas de loup peut être.

  5. Au pire ils seront prétentieux ?

    Je n’ai pas été élevé comme vous, par des parents qui mettaient tous mes actes sur un piédestal. Au contraire, ils avaient plutôt tendance à être durs et intransigeants, bien qu’ils aient toujours cru en moi et en mes capacités. Ce qui fait de moi quelqu’un qui n’a pas suffisamment confiance en elle et doute trop. D’un certaine manière, je leur en veux de ne pas avoir été capable de m’apprendre l’importance de croire en soi, de se faire confiance, d’être même un peu indulgent avec soi-même. Et c’est quelque chose auquel j’attacherai beaucoup d’importance si un jour j’ai moi-même des enfants. Leur transmettre l’apprentissage de se connaître et de s’apprécier tel qu’on est, d’oser être soi-même.

    Mais la prétention.
    N’est-ce pas un des pires défauts dans une société qui s’individualise et ou les rapports sont de plus en plus durs entre les gens ? L’humilité n’est-elle pas une forme d’intelligence et de sensibilité qui doit être valorisée et encouragée ? En tout cas, elle n’est pas incompatible avec une confiance en soi assumée.

    C’est ça que je trouve regrettable et triste dans notre société. Souvent – je ne veux pas généraliser non plus – les gens avec une forte confiance en eux n’ont pas la sensibilité de l’humilité.

    Et c’est dommage. Voire surement plus grave, que de manquer (d’un peu) de confiance en soi.

  6. pas trop d’accord avec ce billet monsieur Fabrice … Complimenter son enfant, le soutenir, le pousser vers le haut est une chose, l’encenser et l’adorer en est une autre… Des ptits cons on en croise tous les jours, et souvent c’est parce qu’à la maison il n’y a pas de « contre pouvoir » , et le gosse peut avoir un sentiment d’impunité flagrant … L’apprentissage de la vie c’est aussi l’apprentissage de l’humilité
    Je suis peut-être jeune et nullipare, mais en tant que futur prof et habituée de l’anim’
    NON un gamin prétentieux n’est pas un intéressant et surtout ce n’est pas un signe de bien-être intérieur

Laisser un commentaire