Vice, une étrange odyssée

Le tour de force de Vice a été de comprendre qu’avec l’émergence de la sphère internet et d’une culture mondialisée, il était non seulement possible, mais aussi plus pertinent de cibler un public très précis plutôt que de tenter de viser le panel de lecteurs le plus large possible. Comme l’explique Christina Spurgeon dans Advertising and new media : « L’intérêt des annonceurs nationaux s’est porté sur la capacité des nouveaux médias de niche à favoriser communication ciblée et personnalisation, plutôt que la compétence des médias modernes à rassembler le public. L’intérêt des annonceurs pour les médias de masse commença à se dissiper, et les budgets commencèrent à se réaligner sur un intérêt renouvelé pour toute une gamme de méthodes de marketing et de communication autres que la publicité. Les annonceurs nationaux ainsi que les marques multinationales commencèrent à éviter la dépense directe dans la publicité à travers les médias de masse, pour investir dans les médias de niche et le branded content. »

« Vice, une étrange odyssée » sur Ragemag

Laisser un commentaire