Balade à vélo

Depuis que je passe la moitié de ma semaine à Paris, Cath est plus que jamais en mode « famille Ricoré » quand je rentre à Lille. Pour mes lecteurs les plus jeunes, la famille Ricoré, c’est ça :

Elle VEUT qu’on fasse des trucs EN FAMILLE. Je préfère faire des choses avec chacune de mes 3 nanas individuellement, je profite mieux d’elles comme ça que de « diluer » l’attention. Mais bon, comme ça fait plaisir à ma femme et le couple étant une addition intelligente de compromis, je m’exécute.

Qu’est-ce que tu veux faire ? qu’elle me demande. Une braderie ? Ah non ça me gave, trop de monde. Une piscine ? Le dimanche matin avec beaucoup trop d’enfants au mètre carré et surtout avec leurs parents très cons ? JAMAIS. (ce post datant de mars 2010 est toujours d’actualité me concernant)

J’ai fini par proposer UNE SORTIE FAMILIALE À VÉLO.

Dans ma tête, Kim savait parfaitement faire du vélo à l’automne dernier. Comme sur des roulettes, sans petites roues et la piste cyclable juste à côté de la maison lui faciliterait la tâche. C’était sans compter sur l’incapacité de cet enfant à piger le vieil adage « c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ! ». Encore une expression de merde, tiens ! Oui parce qu’en quelques mois, Kim avait totalement oublié tous les réflexes qu’elle avait durement acquis en 2012.

1271824064_little-girl-parking-bike

Pas comme ça, par exemple.

Phase 1 : Kim ne sait plus démarrer à vélo. Comme j’étais confiant, je suis parti un peu devant, avec Lyna. Je me retourne et je vois 1/ Cath descendre de son biclou 2/ lancer Kimette sur quelques mètres 3/ voir Kim faire n’importe quoi avec son vélo sur 2 mètres 4/ voir Kim quitter la piste cyclable pour aller vers la route 5/ repérer qu’À CE MOMENT PRÉCIS une voiture est en train de débouler sur la latérale 6/ voir sa mère hurler « FREINE KIM FREINE » 7/ s’émouvoir que sa mère imagine que Kim puisse freiner à ce moment-là alors qu’elle ne sait pas même pas démarrer 8/ penser ensuite 1/2 seconde au sketch de Louis CK « peut-être que si tu meurs alors que tu es sur une piste cyclable toute sécurisée, alors peut-être que tu es supposée mourir » 9/ culpabiliser immédiatement d’avoir pensé à ÇA à cet instant précis 10/ voir la voiture passer 11/ me demander une autre demie-seconde « est-ce que Cath voudra faire un autre enfant si Kim est passée sous la voiture ? » 12/ voir Kim sortir des buissons 13/ être soulagé de ne pas avoir à me préoccuper de savoir si Cath aurait voulu un autre enfant.

(note pour Kim de dans 10 ans quand tu liras ce paragraphe : MAIS NON C’EST POUR RIRE — enfin si, tu étais nulle à vélo mais j’espère que tu auras appris depuis. Non en fait, j’ai pensé à ce qu’on aurait fait si tu étais passée sous la voiture APRÈS COUP, ça m’a fait rire un peu. Pas SUR LE MOMENT, promis) (je sais pas si ça t’aide à moins détester ton père) (je t’aime Kimette) (peut-être que tu voudras plus que je t’appelle Kimette dans 10 ans) (j’t’appellerai KimKim, tu préfères ?) (bah t’en sais rien en fait, tu sais même pas lire, tu vas pas lire ce blog)

Bref.

Phase 2 : Une fois Kim revenue à la vie, Cath démarre. Avec Lyna, on continue d’avancer un peu. On fait 300 mètres, j’me retourne et là, Cath à nouveau arrêtée. On fait demi-tour avec Lyna et ma femme qui me fait « mon V’Lille est crevé, j’ai pas vérifié ». SU-PER. Grand galant que je suis, j’échange son vélo avec le mien, et je retourne vers la borne, avec le biclou crevé, à moitié en équilibre parce qu’un vélo crevé à l’arrière, c’est chaud à manoeuvrer. OUI JE L’AI MÊME PEUT-ÊTRE ABIMÉ mais à ce moment-là, j’étais déjà TELLEMENT RAVI de notre sortie que j’ai roulé avec comme un connard. Le temps d’échanger le vélo tout niqué, me revoilà parti. Je rattrape les filles qui sont un peu devant.

Phase 3 : On a fini de monter un vieux faux-plat pourri et forcément, après la montée, vient la descente (phrase de junkie). On avance un peu avec Lyna et rebelote, 200 mètres plus loin, Cath et Kim arrêtées sur le côté. Cath descend de son vélo, Kim fait en sorte de ne plus passer sous des voitures, elle freine, s’arrête. On RE-FAIT DEMI-TOUR, on revient vers elles… « ça descend trop, elle va trop vite, elle a peur. » Je suis définitivement saoulé par ma propre idée, Cath voit à ce moment-là que j’ai l’oeil du fou qui n’est pas loin d’exécuter sa famille avant de mettre fin à ses jours, et me propose de rentrer avec la naine, afin que je puisse continuer avec la grande. Ok faisons ça.

Phase 4 : Effectivement, les balades à vélo en famille c’est trop cool. On fait à moitié la course avec Lyna, on va jusque dans le centre de Lille avant de faire demi-tour. Elle gère bien, la petite, elle me demande « pourquoi ton vélo va plus vite que le mien alors que tu pédale pas ? », j’lui explique que c’est parce que j’ai un plus grand vélo, des plus grandes roues donc forcément ça roule plus vite de base que ses roues de vélo de nain. On se marre, elle tente de me couper la route quand j’essaie de la doubler. Vraiment un chouette moment. Qu’au final, j’aurai passé uniquement avec Lyna (comme quoi ma préférence du départ — faire un truc avec chacune d’entre elles individuellement plutôt qu’en famille — était la bonne).

Reste pu qu’à attendre que Kim gère aussi bien le vélo qu’elle, que Cath ait compris qu’il faut toujours vérifier son vélo avant de prendre un V’Lille et on devrait pouvoir faire une vraie sortie à vélo en famille Ricoré.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.