Star Wars

On a entamé Star Wars il y a quelques semaines avec Lyna. Dans sa classe, un groupe d’élèves avaient choisi de faire un exposé sur la saga de George Lucas — une preuve de plus que le CE1 de 2014 est plus cool que celui de notre minable XXème siècle, n’en déplaisent aux vieux cons — et ça l’avait donc intriguée.

J’avais décidé de lui faire découvrir les films en utilisant le Machete Order, un ordre de visionnage trouvé sur internet. Le gars propose de carrément virer l’épisode I qui n’amène rien selon lui à la trame globale des six épisodes et de regarder dans l’ordre suivant : IV, V, II, III et VI pour terminer. Il explique plus longuement ce choix sur cette page — en gros, ça permet de préserver le mieux possible le fait que Vador soit le père de Luke, ensuite de mieux comprendre après les IV et V comment on en est arrivés là grâce aux épisodes II et III, pour finir par la fin de l’Empire avec l’épisode VI. Continuer la lecture de « Star Wars »

Poussez vos mômes vers le haut

Un jour, vous paierez pour aller le voir.
C’est le genre de phrases que ma mère offrait à mes profs quand ils se plaignaient de mon comportement.
Elle m’a toujours bien fait comprendre que je flottais allègrement au dessus de la masse, que j’étais un génie, que j’allais révolutionner le monde, que tout ce qui sortait de mon cerveau était de l’or pur.
C’était bien fichu, parce que bien dilué dans un tas d’autres trucs, dans un savant mélange de défi et d’admiration. Une espèce d’escaliers sans fin, de cercle vertueux. Des encouragements. Des applaudissements qui ont fini par m’énerver à l’adolescence, tellement je la pensais aveugle d’aimer tout ce que je faisais.

Extrait d’un post intitulé « L’éloge de la prétention » sur feu le blog de Navo, que j’ai lu il y a quelques temps à l’époque où son blog existait encore.

Ce billet m’avait renvoyé au traitement de choix que mes parents nous ont offert : ils nous ont toujours poussé vers le haut, toujours mis sur un piédestal par rapport à nos potes, toujours valorisé. Je veux pas parler pour mon frère et ma soeur, mais de mon point de vue, je sais que si j’ai une telle confiance en moi aujourd’hui, c’est aussi grâce à eux, à ce soutien inexorable.

Une leçon pour tous les parents : chérissez ce que font vos mômes, ne les rabrouez jamais, poussez-les vers le haut, encouragez-les, incitez-les à se donner à fond dans ce qu’ils entreprennent, dites-leur qu’ils sont les meilleurs. Au mieux, s’ils trébuchent, ils se relèveront avec l’idée en tête de devenir meilleurs et au pire, ils passeront pour prétentieux aux yeux du reste du monde, mais ils auront une confiance en eux inébranlable.

Une année avec une jeune fille au-pair à la maison : le bilan

Il y a un an quasiment jour pour jour, je gagnais une bataille de plusieurs années : Cath me disait qu’elle était ok pour accueillir une étudiante pour s’occuper des filles, à l’occasion de notre déménagement dans une maison un peu plus grande.

Bon j’ai dû faire une concession : à la base, je voulais une étudiante étrangère, qu’on prendrait « au-pair », mais ma blonde me demandait d’accueillir plutôt une Française pour tester, rapport au fait qu’elle parle anglais comme une vache espagnole (en réalité, elle parle mieux qu’elle ne le pense, mais comme beaucoup de compatriotes, elle a la trouille de se lancer mais c’est un autre débat). Continuer la lecture de « Une année avec une jeune fille au-pair à la maison  : le bilan »

Échouer l'éducation de ses enfants

On vous avait déjà expliqué comment échouer sa vie de couple avec classe mais si par le plus grand des hasards, vous avez en plus réussi à enfanter, la clé du succès de l’échec réside dans une éducation bien bancale. Voici la recette. C’est cadeau.

Continuer la lecture de « Échouer l'éducation de ses enfants »

Conseil #3 : comment passer un week-end comme à vos 20 ans ?

Alors c’est assez simple : vous appliquez tous les premiers conseils du Conseil #2, mais en plus :

  • vous vous cassez loin, genre dans une ville à caractère capitalistique,
  • vous louez une chambre d’hôtel rien que pour vous (ragnagnas non conseillées),
  • vous pécho des gens avec qui picoler un peu,
  • vous vous préparez deux-trois plans restos,
  • une bonne séance de ciné
  • et deux-trois endroits où aller se balader.

Et là, une fois ces ingrédients réunis… elle est pas belle, la vie ?… Et comme on est sympas, on va tester ça pour vous. On se casse directos à Paris demain matin. Et ça va être bien ! Salut les fifilles, faisez un bisou à Papy et Mamie !

(ah et sinon, je vous parle rarement de mon autre fierté, madmoiZelle.com, mais là, y’a dossier)