Apprenez à vos enfants la notion de consentement

Je lis ce témoignage publié sur madmoiZelle, un très joli texte au contenu abominable appelé « Ma première fois, c’était un viol », et les nombreux commentaires qui disent « moi aussi », et ça me glace le sang, et je ne sais pas quoi faire d’autre que d’expliquer à mes filles : Continuer la lecture de « Apprenez à vos enfants la notion de consentement »

Chère Kimkim

(c’est con, non, de donner à son môme un prénom tellement court qu’il n’a pas de diminutif et donc de lui donner un surnom qui le rallonge ?)

Chère Kimkim,

On est le 1er août 2014. Si tu lis ça dans quelques années, je ne sais pas où on en en sera, mais à l’heure où j’écris ces lignes, on passe peu de temps, toi et moi, ensemble. Du moins, on passe moins de temps ensemble que je n’en passe avec ta grande soeur. Faut dire que Lyna saute sur tous les trucs que je lui propose et toi, un peu moins. Pour t’affirmer en tant qu’individu, sans doute. Difficile de t’en vouloir, parce que je sais que c’est totalement ma faute et que je suis incapable de savoir ce que ça fait d’être le cadet de la famille. Continuer la lecture de « Chère Kimkim »

Star Wars

On a entamé Star Wars il y a quelques semaines avec Lyna. Dans sa classe, un groupe d’élèves avaient choisi de faire un exposé sur la saga de George Lucas — une preuve de plus que le CE1 de 2014 est plus cool que celui de notre minable XXème siècle, n’en déplaisent aux vieux cons — et ça l’avait donc intriguée.

J’avais décidé de lui faire découvrir les films en utilisant le Machete Order, un ordre de visionnage trouvé sur internet. Le gars propose de carrément virer l’épisode I qui n’amène rien selon lui à la trame globale des six épisodes et de regarder dans l’ordre suivant : IV, V, II, III et VI pour terminer. Il explique plus longuement ce choix sur cette page — en gros, ça permet de préserver le mieux possible le fait que Vador soit le père de Luke, ensuite de mieux comprendre après les IV et V comment on en est arrivés là grâce aux épisodes II et III, pour finir par la fin de l’Empire avec l’épisode VI. Continuer la lecture de « Star Wars »

Où on cause parentalité avec d'autres parents blogueurs chez Navo

J’étais invité dans le micro de Radio Navo (allez écouter ses autres podcasts c’est très bien) avec des invités que j’avais pu choisir, grâce à son fantastique concept « Les Invités de mes Invités sont mes Invités ». J’ai donc invité Nadia Daam, Titiou Lecoq et Mickaël aka Papacube pour parler parentalité. On a surtout appris des tas de trucs à Navo, le pauvre.

Et les filles, si un jour vous lisez ce blog tout poussiéreux, vous viendrez me voir pour me dire si on a été des bons parents, ou pas (et puis je vous expliquerai aussi ce truc de « si c’était à refaire », parce que c’est compliqué) (je vous aime les filles) (parce que oui, faut trop le dire que pas assez)

Le harcèlement de rue intériorisé

C’est un immense souci de société : le harcèlement de rue touche de près ou de loin toutes les filles en France. C’est un problème qui me rend personnellement taré, et d’autant plus depuis que j’ai deux filles : je ne peux pas les imaginer évoluer dans une société où elles ne pourraient pas circuler librement dans la rue sans se faire interpeller, siffler, draguer lourdement, appeler (au mieux) par des noms d’animaux.

Un samedi aprèm, alors que je faisais le Papa moderne et que Maman était au boulot et qu’elle ne faisait pas de gâteaux, on est allés se balader avec les fifilles à la médiathèque flambant neuve du quartier. L’occasion pour elles de déposer leurs bouquins et d’en réemprunter une tripotée. Continuer la lecture de « Le harcèlement de rue intériorisé »

Des êtres humains libres

Mes filles, si vous lisez ça bientôt, prenez note :  si un jour, vous… êtes qui vous êtes et/ou vous adoptez un mode de vie qui — pour je ne sais quelle raison — ne me convient pas et que je vous envoie chier comme un vieux con que je serai, n’oubliez pas : dites-moi d’aller bien me faire foutre.

Parce que ce 17 février 2014, j’ai reçu dans ma boîte mail un email d’une lectrice de madmoiZelle, qui explique qu’après avoir vu Ellen Page si soulagée après son coming-out ce week-end, elle a bravé sa trouille pour expliquer à sa mère qu’elle était lesbienne. Et sa mère de lui répondre « j’aurais préféré que tu m’annonces un cancer ». Voilà. Nous sommes en France, en 2014.

Ce 17 février 2014, cette histoire m’a révolté. Comment, COMMENT, peut-on faire des mômes et décider de les envoyer chier parce qu’ils ne sont pas comme tu les as rêvés ? À quel point peut-on être pourris de l’intérieur pour enfanter un être, qui n’a donc pas demandé à venir au monde et décider que leur vie nous appartient, au point de les renier s’ils… sont différents de ce que tu attends d’eux ?

C’est pourquoi j’espère qu’avec votre mère, on aura réussi à vous élever comme des êtres libres, des personnes à part entière. Et si un jour, je me comporte comme un vieux con, sentez-vous libres de me dire d’aller mourir. Et vous aurez bien raison.

Parents d'un garçon, voici comment éviter de faire de votre môme un violeur

Ça pourrait éviter à votre fiston de violer — par exemple — mes filles.

Oui, parce que, vous ne le savez peut-être pas, mais les chiffres concernant le viol en France sont alarmants :

  • Une femme sur 10 a été violée ou le sera au cours de sa vie.
  • Dans 80% des cas, l’agresseur est connu de la victime, et un tiers des viols a lieu au sein du couple.
  • 74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime (cf. ce tumblr qui fait froid dans le dos je connais un violeur)
  • 25 % des viols sont commis par un membre de la famille
  • 57 % des viols sont commis sur des personnes mineures (filles et garçons)
  • 51% des viols sont des viols aggravés
  • 67 % des viols ont lieu au domicile (de la victime ou de l’agresseur)
  • 45 % des viols sont commis la journée et non la nuit.
  • Selon Amnesty international (2007), 90 % des violeurs ne présentent aucune pathologie mentale et 90 % des condamnés sont issus de classes populaires
  • 96 % des auteurs de viol sont des hommes et 91 % des victimes sont des femmes.

(source : cet excellent article)

Voilà. Maintenant, vous ne pourrez plus l’ignorer. Continuer la lecture de « Parents d'un garçon, voici comment éviter de faire de votre môme un violeur »

Balade à vélo

Depuis que je passe la moitié de ma semaine à Paris, Cath est plus que jamais en mode « famille Ricoré » quand je rentre à Lille. Pour mes lecteurs les plus jeunes, la famille Ricoré, c’est ça :

Elle VEUT qu’on fasse des trucs EN FAMILLE. Je préfère faire des choses avec chacune de mes 3 nanas individuellement, je profite mieux d’elles comme ça que de « diluer » l’attention. Mais bon, comme ça fait plaisir à ma femme et le couple étant une addition intelligente de compromis, je m’exécute.

Qu’est-ce que tu veux faire ? qu’elle me demande. Une braderie ? Ah non ça me gave, trop de monde. Une piscine ? Le dimanche matin avec beaucoup trop d’enfants au mètre carré et surtout avec leurs parents très cons ? JAMAIS. (ce post datant de mars 2010 est toujours d’actualité me concernant)

J’ai fini par proposer UNE SORTIE FAMILIALE À VÉLO. Continuer la lecture de « Balade à vélo »

C'était le 23 avril 2013.

Les filles, quand vous lirez ces lignes dans 5 ou 10 ans, ça vous paraîtra sans doute totalement dingo. Vous verrez les images de ces députés de droite hystériques et ridicules (le coup de la ballerine), de ces opposants au mariage pour tous qui sont totalement CONTRE le fait d’offrir un droit à leurs concitoyens, un droit qui ne leur posera, à eux, personnellement, dans leur petite vie rance, jamais le moindre problème.

Vous verrez ces images et vous vous direz « mais qu’est-ce que c’est que ce pays de fou dans lequel vous m’avez mise au monde ? »… et vous n’aurez pas tort. Continuer la lecture de « C'était le 23 avril 2013. »

Vis ta vie, ma fille…

Je vous resitue le contexte. Lyna et la flotte, c’est une bataille depuis quasiment le jour 1 de son existence. Elle progresse mais à chaque nouvelle étape de son apprentissage, c’est un drame de plus. Ça fait donc des années que Lyna n’aime pas l’eau, puis l’eau dans les yeux, puis le fait de nager toute seule avec ses brassards, puis le fait de plonger dans l’eau avec ses brassards etc etc. La formation n’est pas complètement terminée, mais elle avance. Continuer la lecture de « Vis ta vie, ma fille… »