Dix ans de madmoiZelle, dix ans de leçons

J’ai lancé madmoiZelle le 1er octobre 2005. En dix ans à la tête de cette entreprise, j’en ai appris, des choses. Dix ans, ça fait un cap important, et j’ai trouvé intéressant de recenser ici les quelques leçons que j’ai tirées de cette expérience formidable.

Ça pourrait peut-être vous inspirer — ou pas. J’ai pris le parti de juste les lister, sans développer, et je viendrai sans doute mettre à jour ce post dans les mois (et les années ?) à venir. Continuer la lecture de « Dix ans de madmoiZelle, dix ans de leçons »

Nabilla et les nouveaux modèles économiques des magazines web

Oui, je sais, le parallèle n’est pas forcément évident a priori.

Allez donc lire cette brillante tribune de Sylvain Bourmeau sur Mediapart à propos du succès du paywall mis en place par le NY Times.

Pris dans la spirale de la gratuité, dont les effets sur la qualité de la production éditoriale se sont fait sentir à mesure que le coût pour mille (CPM) des bannières chutait vertigineusement, obligeant les rédactions à effectifs au mieux constants à produire toujours plus de pages pour maintenir les revenus publicitaires, les journaux les plus lucides ont commencé à chercher le passage vers le payant comme d’autres avaient espéré un passage du Nord-Ouest.

(Lisez la suite sur Mediapart, c’est particulièrement éclairant)

La sordide « affaire Nabilla », qui a occupé la quasi-intégralité de l’espace médiatique de l’internet il y a 20 jours (Morandini annonce 40% d’augmentation de son audience et plus d’1 million de visites (!) sur la news consacrée à cette histoire), est symptomatique de l’absurdité de la course à l’échalote l’audience-à-tout-prix guidée par le « buzz ». Continuer la lecture de « Nabilla et les nouveaux modèles économiques des magazines web »

Michael Jordan, son esprit de compétition et ses moteurs

Comment ai-je fait pour rater cette vidéo, qui date de 2012 sur Youtube mais de 2009 dans la vraie vie, où, à l’occasion de son intronisation au Hall of Fame, Michael Jordan revient sur sa carrière, son esprit de compétition et ses différents moteurs qui l’ont amené à connaître le succès qu’on connaît.

Si vous connaissez le basket et la carrière de MJ, certaines références vous feront vraiment marrer mais même si vous n’y connaissez rien, ce discours est vraiment instructif sur plein d’aspects.

Limits, like fear, are often just an illusion.

(merci à Kyan pour la suggestion indirecte :))

 

L'entreprise du XXIème siècle ?

Adieu bureaux, carcans, veaux, vaches, cochons.

En 2003, alors qu’elles planchaient sur de nouvelles directives de gestion des ressources humaines pour Best Buy, un important distributeur de matériel électronique américain, Cali Ressler et Jody Thompson eurent une idée révolutionnaire. Elles se demandèrent ce qui arriverait si l’on accordait aux employés une autonomie totale en échange d’une responsabilité totale. Qu’adviendrait-il si le personnel était jugé uniquement sur le travail fourni et non plus sur sa manière de l’accomplir?
Cali Ressler et Jody Thompson baptisèrent leur projet ROWE, pour «Results-Only Work Environment» (Environnement de travail axé uniquement sur les résultats). Il comportait plusieurs propositions radicales. Les employés avaient le droit de travailler de chez eux quand bon leur semblait, sans avoir à se justifier ni à s’excuser.

— À lire sur Slate : Votre présence au bureau n’est plus obligatoire

Chez madmoiZelle, on a des bureaux depuis longtemps mais je n’ai jamais réclamé la présence obligatoire de qui que ce soit, tant que le travail est fait (et bien fait). De la même façon, si Machin-e préfère écrire la nuit et roupiller le matin, qui suis-je pour le-la forcer à se traîner sans inspirations dans un endroit peu propice à l’inspiration… bref, cette boîte est relativement YOLO sur les bureaux.

Le web du clic VS le web de l'attention

Quel problème pose ce que vous appelez « le Web du clic » ? Le défi est double : vendre des affichages de publicité sur des pages, comme le font aujourd’hui les médias, ne monétise pas du contenu mais des clics sur des liens qui mènent à du contenu. Une fois que j’ai cliqué, la monétisation a lieu, peu importe que j’aie lu le contenu ou que je l’aie aimé. Cela pose un problème pour le bon contenu : pour vendre beaucoup d’impressions publicitaires, je ne veux pas que les gens lisent le contenu mais qu’ils cliquent dessus. Pour les annonceurs, cela veut dire qu’ils ne payent pas pour gagner l’attention des gens mais pour de simples clics.

Quel est le second défi ? Avec le Web du clic, l’inventaire est infini. Augmenter son inventaire ne coûte rien : je prends un article, je le découpe en trois pages différentes, cela triple le nombre de clics possibles, donc mon inventaire. Dans ce contexte, les prix des publicités tendent vers zéro. C’est pour cela que les éditeurs de presse de qualité ont des difficultés à vivre. Il faut passer du web du clic au web de l’attention, nous avons besoin autre d’un système de mesure.

— Tony Haile, PDG de Chartbeat, dans une passionnante interview sur LeMonde.fr

C’est ce qu’on essaie de faire sur madmoiZelle depuis le jour 1 : avoir des lectrices et non pas des cliqueuses (c’est même dans l’argu de notre page « Annoncez sur madmoiZelle »).  Ravi de voir qu’il y a des pros de l’internet qui commencent à se soucier des velléités de lecture — et donc d’implication — des internautes. Si l’intégralité du marché pub basculait du « web du clic » au « web de l’attention », nul doute que ça changerait radicalement la façon de faire des éditeurs et donc le visage du web d’aujourd’hui. Et à mon humble avis, pour un Internet un peu meilleur.

Zappos devient une holacratie

Après son acquisition par Amazon en 2009, Zappos, qui est une immense boîte aujourd’hui, se débarrasse de ses managers et revient à une structure organisationnelle plate, sans hiérarchie intermédiaire, une holacratie, pour éviter la bureaucratie et « maintenir une culture startup ». Intéressant.

According to the post, Zappos CEO Tony Hsieh […] announced at an all-hands meeting in November that the 1,500 employee company would be restructuring into what is known as a « Holacracy, » in which there are no job titles and no managers.

Instead of having managers and subordinates, Zappos will be made up of 400 « circles, » or teams of people who work together and take on various roles within those circles.

The move is Hsieh’s attempt to prevent bureaucracy from infiltrating Zappos, while maintaining a startup culture within what is now, a quite large organization.

Comment Louis CK a commencé à parler de sa paternité

C’est Kyan Khojandi – bien avant qu’il devienne « le mec de Bref » — qui me dit un jour « t’as des enfants ? T’aimes le stand-up ? Tu devrais regarder ce que fait Louis CK ». Ce fut la claque instantanée, enfin un mec qui parlait de ses enfants, de sa condition de père, avec qui j’étais sur la même longueur d’ondes !

Et cette vidéo représente un peu « les origines de Louis CK », comme dans les Encyclopédies Marvel, qui explique comment les super-héros ont attrapé leur super-pouvoir.

Elle est tirée d’une commémoration de George Carlin, humoriste américain de légende, décédé en 2008. Carlin a inspiré de nombreux humoristes contemporains, américains et du monde entier (forcément).

Louis CK raconte à quel point il était bluffé par sa « productivité » folle : tous les ans, HBO le filmait dans une « HBO Special », si bien qu’il devait chaque année réinventer un nouveau show.

Louis CK, dans cette vidéo émouvante où il lui rend hommage après sa mort, explique que cette capacité qu’avait Carlin à se réinventer tous les ans le faisait littéralement pleurer. Continuer la lecture de « Comment Louis CK a commencé à parler de sa paternité »

So Foot et la concurrence

Justement, ce ne serait pas mieux, un petit peu plus de concurrence ?
Si, tout à fait. Le sens de la « grande société capitaliste », c’est d’avoir des concurrents. La concurrence ne nous dérangerait pas, elle nous stimulerait, elle nous donnerait envie d’être plus original, plus ambitieux. Souvent, dans des villes, il y a pleins de boulangeries dans le même quartier. Et c’est souvent dans ce quartier qu’on trouve le meilleur pain. On peut donc penser qu’avec plusieurs journaux similaires, le niveau serait plus élevé.

— Stéphane Régy, l’un des rédacteurs en chef de  So Foot, sans doute le meilleur magazine papier du monde, dans une interview fort sympathique.

Piratage d'interviews promo

Regardez bien à quel point cette conversation est un grand bol d’air pour Mila Kunis. Enfin dans cette journée, elle croise quelqu’un avec qui elle peut avoir une conversation normale entre gens normaux dans une journée marathon-junket, où elle enchaîne des interviews toute la journée dans la même petite pièce pour répondre 152 fois aux mêmes questions.

L’attachée de presse intervient d’ailleurs pour recadrer la conversation et l’actrice réagit de façon totalement anti-professionnelle mais tellement sincère. (Ce mec s’appelle Chris Stark, du show de Scott Mills sur Radio 1)