Ta main à mon cul, ma main dans ta gueule

Ça fait un bail que je n’avais pas parlé de parentalité, mais nous y voici, j’ai une histoire à vous raconter. Elle est tellement symbolique de tout ce qu’on fait subir à nos enfants inconsciemment que je ne pouvais pas la garder pour nous. La voici :

Samedi 25 novembre 2017, journée de lutte contre les violences faites aux femmes. Je suis avec les filles — Cath travaille toute la journée — et je leur lis un commentaire Facebook sous notre article intitulé Mon mec vient de me frapper pour la première fois, que faire ?

Continuer la lecture de « Ta main à mon cul, ma main dans ta gueule »

De la nécessité du consentement dans notre société

L’affaire JoeyStarr-Gilles Verdez de la semaine passée, orchestrée par un Hanouna plus retors que jamais pour mettre la main sur D8, nous a montré une nouvelle fois à quel point toute notion de consentement était étrangère à notre cher « vivre ensemble » en France.

Oh, il y en a eu PLEIN, des articles sur Hanouna ceci, JoeyStarr cela et chez madmoiZelle, on a décidé – bien sûr – de l’angler sur le consentement.

Et je n’ai vu, hélas, personne d’autre nous précéder – on est sortis 48h après « l’affaire » ou nous emboîter le pas.

C’est quand même triste à pleurer de voir qu’aucun média, aucun éditorialiste, aucune tête pensante qui s’est penchée sur cette histoire, certes pathétique mais tellement révélatrice de notre époque, n’ait choisi de s’attarder sur le fait que JoeyStarr, aussi violent qu’il soit, était assis peinard dans son canapé et n’avait strictement rien demandé à personne. Continuer la lecture de « De la nécessité du consentement dans notre société »

« Mon cher papa »

dear-daddy-sexisme-video-pere

Cette vidéo est l’épisode n°753 de la série « Pourquoi éduquer des filles dans cette société merdique est sans doute la tâche la plus ardue que j’ai eue à affronter dans ma vie ».

Cette vidéo m’a flingué. Mais… mais ça pourrait être mes filles !

Chers papas (et chers parents tout court, d’ailleurs), refusez systématiquement les « blagues » qui visent les filles, qui chercher à les rabaisser, à les moquer, à les slutshamer.

Ce n’est pas parce que vous les avez perpétrées (ou subies) en étant gamin-e qu’il faut laisser la génération suivante reproduire les mêmes conneries.  Continuer la lecture de « « Mon cher papa » »

Islande 2015

L’Islande et moi, c’est une belle relation : après avoir raté un voyage de presse en février 2012 pour une (fausse) alerte santé, j’ai réussi à organiser un séjour sur l’île de glace pour des annonceurs de madmoiZelle au mois d’octobre qui a suivi.

Quatre jours qui m’ont rendu zinzin de ce pays, je m’étais dit qu’il faudrait y retourner en famille — j’apprendrai plus tard que ce long week-end aura contaminé plusieurs de ses convives, devenus amoureux de l’Islande. Continuer la lecture de « Islande 2015 »

Apprenez à vos enfants la notion de consentement

Je lis ce témoignage publié sur madmoiZelle, un très joli texte au contenu abominable appelé « Ma première fois, c’était un viol », et les nombreux commentaires qui disent « moi aussi », et ça me glace le sang, et je ne sais pas quoi faire d’autre que d’expliquer à mes filles : Continuer la lecture de « Apprenez à vos enfants la notion de consentement »

Subconscient défaillant

Il y a quinze jours, je me suis réveillé un dimanche matin en sursaut après avoir rêvé (ou plutôt cauchemardé) que toute la famille prenait des bombes sur le coin de la gueule. Je suis sorti du sommeil pile-poil au moment où je serrais ma famille contre moi en disant « ça va bien se passer », tout en levant la tête et en regardant les bombes nous arriver droit dessus pour finir par nous tuer tous. Réveil et dimanche ronchon, donc.

Cette nuit, pire encore : j’ai rêvé d’une histoire totalement alambiquée. Continuer la lecture de « Subconscient défaillant »

Sistas

sistas

Cette photo est tellement représentative de l’état d’esprit actuel de nos deux filles : elles s’entendent à merveille. Et quand je dis « à merveille », je pèse mes mots. Sur nos quinze jours de vacances, on a dû régler ou tuer dans l’oeuf 2 ou 3 micro-conflits ridicules, donc un ou deux durant les 20 heures de voyage qu’on leur a fait subir aller-retour à l’arrière de notre petite 206. Continuer la lecture de « Sistas »

Chère Kimkim

(c’est con, non, de donner à son môme un prénom tellement court qu’il n’a pas de diminutif et donc de lui donner un surnom qui le rallonge ?)

Chère Kimkim,

On est le 1er août 2014. Si tu lis ça dans quelques années, je ne sais pas où on en en sera, mais à l’heure où j’écris ces lignes, on passe peu de temps, toi et moi, ensemble. Du moins, on passe moins de temps ensemble que je n’en passe avec ta grande soeur. Faut dire que Lyna saute sur tous les trucs que je lui propose et toi, un peu moins. Pour t’affirmer en tant qu’individu, sans doute. Difficile de t’en vouloir, parce que je sais que c’est totalement ma faute et que je suis incapable de savoir ce que ça fait d’être le cadet de la famille. Continuer la lecture de « Chère Kimkim »

Star Wars

On a entamé Star Wars il y a quelques semaines avec Lyna. Dans sa classe, un groupe d’élèves avaient choisi de faire un exposé sur la saga de George Lucas — une preuve de plus que le CE1 de 2014 est plus cool que celui de notre minable XXème siècle, n’en déplaisent aux vieux cons — et ça l’avait donc intriguée.

J’avais décidé de lui faire découvrir les films en utilisant le Machete Order, un ordre de visionnage trouvé sur internet. Le gars propose de carrément virer l’épisode I qui n’amène rien selon lui à la trame globale des six épisodes et de regarder dans l’ordre suivant : IV, V, II, III et VI pour terminer. Il explique plus longuement ce choix sur cette page — en gros, ça permet de préserver le mieux possible le fait que Vador soit le père de Luke, ensuite de mieux comprendre après les IV et V comment on en est arrivés là grâce aux épisodes II et III, pour finir par la fin de l’Empire avec l’épisode VI. Continuer la lecture de « Star Wars »