Eurodisney : le livetweet de la mort

Celles et ceux qui me suivent sur TOUITTEUR auront sans doute remarqué que j’ai floodé dimanche, puisque j’ai LIVE-TWEETÉ notre journée en famille à Eurodisney. J’en dis pas plus, lisez ici, chaque « tweet » est très court — c’est le principe, moins de 140 caractères, et ça se lit DE BAS EN HAUT. Allez hop hop hop, on descend jusqu’en bas et on remonte ! Continuer la lecture de « Eurodisney  : le livetweet de la mort »

Tout un pata-couffin

(oui je sais que ça s’écrit patacoufin, ça vaaa)

Ce jeudi midi, alors que nous déjeunions tranquillement avec mes parents et ma belle-famille, ma mère et moi nous sommes livrés à un énième clash. Enfin, clash, tout est relatif, disons que c’était plutôt une discussion d’adulte à adulte, pas un truc genre « ouééé t’es trop une connasse d’abord ! ! ! ». Non j’ai passé l’âge. Continuer la lecture de « Tout un pata-couffin »

Briseur de rêves

Ce soir, dans la voiture, en revenant de la gare, la grande me raconte sa journée :

– Papa, je suis allée chez Zélie et on s’est déguisées !
– Ah oué ? Et tu t’es déguisée en quoi ?
– En princesse !
– Gniiii (sa mère, à côté : « en Blanche-Neige, plus exactement »)
– J’aime bien, Papa, me déguiser en princesse !
– Gniiiii (sa mère, à côté : « elle a mis sur sa liste au Père Noël un costume de princesse »)
– Mais Papa, moi aussi, je veux être une princesse et me marier avec un prince.
– Gniiiiiiiiiiiiiiiiii

C’en était trop, je devais agir. Quelqu’un devait prendre un bourre-pif, là. Trou trou. C’était soit le Père Noël, soit les princesses. Trou trou. Oh ? DTC Blanche Neige !
Continuer la lecture de « Briseur de rêves »

Prince Charmant, la suite

Samedi dernier, on était au mariage d’un cousin. Dans la caisse, tranquille dans son réhausseur, la grande sort :

– Maman, tu as vu comme elle est belle, la robe de la Princesse ?
(Cath qui regarde si je ne suis pas en train de m’étrangler)… De la Princesse ? C’est pas une Princesse, chérie, c’est une mariée !
(interloquée) Ah ui ?
– Oui oui.
(ça mouline dans sa tête)… Mais alors ça existe pas, les Princes Charmants ?
(c’est à ce moment-là que je décède, heureusement ma femme assure) … Bah non.
(complètement dégoûtée) Mais eeeeuh… Moi je veux être une Princesse et je veux que mon Prince Charmant y vienne me chercher.

Encéphalogramme paternel plat, suivi de mort dés-héritage de la blondinette.