Sistas

sistas

Cette photo est tellement représentative de l’état d’esprit actuel de nos deux filles : elles s’entendent à merveille. Et quand je dis « à merveille », je pèse mes mots. Sur nos quinze jours de vacances, on a dû régler ou tuer dans l’oeuf 2 ou 3 micro-conflits ridicules, donc un ou deux durant les 20 heures de voyage qu’on leur a fait subir aller-retour à l’arrière de notre petite 206. Continuer la lecture de « Sistas »

La peur des autres

On est rentrés de vacances, c’était exquis et si j’ai partiellement réussi ma coupure d’internet, j’ai des trucs à vous raconter !

On a passé notre seconde semaine de vacances dans un château composé de plusieurs locations, et donc plusieurs familles.

Dès les premières minutes passées dans la piscine, Lyna a sympathisé avec Zoé*.

Zoé a 9 ans, un an de plus que Lyna, elles ont passé la semaine à jouer ensemble, à faire des élastiques (forcément), et avec Kim et son p’tit frère, Sam*, ils se sont bien marrés. Continuer la lecture de « La peur des autres »

Chère Kimkim

(c’est con, non, de donner à son môme un prénom tellement court qu’il n’a pas de diminutif et donc de lui donner un surnom qui le rallonge ?)

Chère Kimkim,

On est le 1er août 2014. Si tu lis ça dans quelques années, je ne sais pas où on en en sera, mais à l’heure où j’écris ces lignes, on passe peu de temps, toi et moi, ensemble. Du moins, on passe moins de temps ensemble que je n’en passe avec ta grande soeur. Faut dire que Lyna saute sur tous les trucs que je lui propose et toi, un peu moins. Pour t’affirmer en tant qu’individu, sans doute. Difficile de t’en vouloir, parce que je sais que c’est totalement ma faute et que je suis incapable de savoir ce que ça fait d’être le cadet de la famille. Continuer la lecture de « Chère Kimkim »

Star Wars

On a entamé Star Wars il y a quelques semaines avec Lyna. Dans sa classe, un groupe d’élèves avaient choisi de faire un exposé sur la saga de George Lucas — une preuve de plus que le CE1 de 2014 est plus cool que celui de notre minable XXème siècle, n’en déplaisent aux vieux cons — et ça l’avait donc intriguée.

J’avais décidé de lui faire découvrir les films en utilisant le Machete Order, un ordre de visionnage trouvé sur internet. Le gars propose de carrément virer l’épisode I qui n’amène rien selon lui à la trame globale des six épisodes et de regarder dans l’ordre suivant : IV, V, II, III et VI pour terminer. Il explique plus longuement ce choix sur cette page — en gros, ça permet de préserver le mieux possible le fait que Vador soit le père de Luke, ensuite de mieux comprendre après les IV et V comment on en est arrivés là grâce aux épisodes II et III, pour finir par la fin de l’Empire avec l’épisode VI. Continuer la lecture de « Star Wars »

Où on cause parentalité avec d'autres parents blogueurs chez Navo

J’étais invité dans le micro de Radio Navo (allez écouter ses autres podcasts c’est très bien) avec des invités que j’avais pu choisir, grâce à son fantastique concept « Les Invités de mes Invités sont mes Invités ». J’ai donc invité Nadia Daam, Titiou Lecoq et Mickaël aka Papacube pour parler parentalité. On a surtout appris des tas de trucs à Navo, le pauvre.

Et les filles, si un jour vous lisez ce blog tout poussiéreux, vous viendrez me voir pour me dire si on a été des bons parents, ou pas (et puis je vous expliquerai aussi ce truc de « si c’était à refaire », parce que c’est compliqué) (je vous aime les filles) (parce que oui, faut trop le dire que pas assez)

Le doudou est mort ce soir.

Pour s’endormir, Lyna a une fleur-dont-tu-tires-la-tige-et-ça-fait-une-mélodie. Tous les soirs depuis sa venue au monde, elle la berce.

Après huit ans de bons et loyaux services, cette fleur/doudou est en train de rendre l’âme. Avec le temps, la tige se détend de plus en plus et donc elle finit par ne plus sortir que quelques notes de cette fameuse musique qu’on lui a enclenché des centaines de fois au moment de la mettre au lit, puis qu’elle mettait en route elle-même dès qu’elle a pu le faire. Continuer la lecture de « Le doudou est mort ce soir. »

Le harcèlement de rue intériorisé

C’est un immense souci de société : le harcèlement de rue touche de près ou de loin toutes les filles en France. C’est un problème qui me rend personnellement taré, et d’autant plus depuis que j’ai deux filles : je ne peux pas les imaginer évoluer dans une société où elles ne pourraient pas circuler librement dans la rue sans se faire interpeller, siffler, draguer lourdement, appeler (au mieux) par des noms d’animaux.

Un samedi aprèm, alors que je faisais le Papa moderne et que Maman était au boulot et qu’elle ne faisait pas de gâteaux, on est allés se balader avec les fifilles à la médiathèque flambant neuve du quartier. L’occasion pour elles de déposer leurs bouquins et d’en réemprunter une tripotée. Continuer la lecture de « Le harcèlement de rue intériorisé »

Et si ma fille se réveillait mec un jour…

Je suis le genre de parent à me poser les questions relous (celles dont tu te passerais bien pour ne pas emmerder ta conscience ou tes principes) le plus tôt possible, et surtout à ne jamais les esquiver.

Dans un but précis : en anticiper mon éventuelle réponse, et ne pas réagir connement le jour où je dois affronter la dite question. Par exemple, j’ai très tôt conceptualisé le fait que mes filles (qui étaient alors des bébés) auraient une vie sexuelle, qu’elles suceraient/lécheraient des organes génitaux et vice-versa et tant mieux pour elles. Parce que dans mon esprit, c’est typiquement le genre de trucs que les pères ont du mal à affronter. Donc hop, la baise, ça c’est fait.

Pour autant, il y a des tas de questions qu’il est impossible d’anticiper. Par exemple, je n’avais pas vu venir – si tôt – le coup de « Papa, c’est quoi l’avortement ? ». C’est stupide de ma part, pourquoi ne l’avais-je pas fait plus tôt ? Sans doute pas parce que je m’étais dit « elles sont trop jeunes pour ça ». Erreur de base. Continuer la lecture de « Et si ma fille se réveillait mec un jour… »

Le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses

Découvrez ce livre génial à travers l’interview de son auteure, Catherine Dufour sur madmoiZelle. Et offrez ce livre à toutes les filles autour de vous, quelque soit leur âge. Le combat contre les stéréotypes de genre démarre dès le plus jeune âge !