Chère Kimkim

(c’est con, non, de donner à son môme un prénom tellement court qu’il n’a pas de diminutif et donc de lui donner un surnom qui le rallonge ?)

Chère Kimkim,

On est le 1er août 2014. Si tu lis ça dans quelques années, je ne sais pas où on en en sera, mais à l’heure où j’écris ces lignes, on passe peu de temps, toi et moi, ensemble. Du moins, on passe moins de temps ensemble que je n’en passe avec ta grande soeur. Faut dire que Lyna saute sur tous les trucs que je lui propose et toi, un peu moins. Pour t’affirmer en tant qu’individu, sans doute. Difficile de t’en vouloir, parce que je sais que c’est totalement ma faute et que je suis incapable de savoir ce que ça fait d’être le cadet de la famille. Continuer la lecture de « Chère Kimkim »

Alzared

Un peu de 90/10 pendant les vacances, ça fait toujours du bien !

Tous les soirs avec Lyna, on fait un « cahier d’énigmes » que je lui ai trouvé chez Auchan pendant les éprouvantes courses de rentrée (d’autant plus éprouvantes quand j’ai appris que l’école proposait d’acheter tout le matos à notre place, mais qu’on avait raté le papier). Ça s’appelle Énigme au Cirque Alzared, ou un truc dans le genre, c’est drôlement bien fichu, une sorte de Livre dont vous êtes le héros simplifié où vous devez répondre à des questions pour avancer dans l’histoire.

Lyna bloquait depuis le début des vacances sur le nom du magicien, Alzared – en tout cas sur la dernière syllabe.

À mon retour de séjour à l’hosto, elle me dit avoir avancé avec sa mère, commence à lire et passe sans aucun souci le premier « Alzared » qu’on rencontre. L’air de rien, elle se retourne sur moi, un sourire aux lèvres, me jette un regard fiérot l’air de dire « t’as vu comment JE LE MAÎTRISE ! » et continue sa lecture.

Petit moment de fierté et de joie.

Skip the Use

stu-blog

Je vous ai déjà causé de ma théorie des 90/10, ces fameux 10% de kif intense avec vos mômes qui vous font oublier les 90% de vie quotidienne bien plus relous.

La semaine passée y’a 15 jours (je traîne), je me suis donc pris ma dose de 10% pour quelques mois, puisque j’ai emmené Lyna voir Skip the Use à l’Olympia, grâce à la formidable Coralie chez Polydor (merci, sans toi j’aurais jamais pu être le meilleur père du monde pendant au moins 2h).

C’était ça, la fameuse putain de surprise pour compenser le fait qu’elle soit séparée de ses potes en CP. Pour son premier « vrai » concert (on était allés voir Moriarty qui avait fait un concert spécial mômes un dimanche aprèm au Trianon – elle chantait très bien Moriarty plus jeune), elle a assisté à du très lourdos, puisque Skip the Use est pas loin d’être l’un des tous meilleurs groupes francophones sur scène. Faut dire que Mat Bastard est sacrément amoché en plus d’être génial. Continuer la lecture de « Skip the Use »

90-10

Avoir des enfants, c’est accepter de se coller une vie de contraintes. On pense qu’on n’aura de contraintes qu’au moment de la petite enfance, mais que nenni, à chaque âge ses contraintes. Même mes parents, désormais grand-parents, continuent à subir les contraintes de leurs propres mômes, pourtant adultes – éternels boulets que sont les enfants.

90-10. 90% de moments de contraintes et 10% de moments de kif, qui, comme par magie, annulent dans le cerveau parental la merde engrangée les 90% du reste du temps. Continuer la lecture de « 90-10 »