Le retour du junkie

Ado et jeune adulte, j’en ai consommé plus que de raison : 5 à 6 fois par semaine, plusieurs heures par session, je m’enivrais le cortex, encore et encore. J’en avais besoin, j’en redemandais chaque jour, j’avais les muscles raidis les jours où je n’en prenais pas ma dose. Et puis quelques mois après avoir signé chez Pimkie et démarré ma carrière professionnelle, j’ai arrêté. Comme ça, du jour au lendemain. Terminé.

Continuer la lecture de « Le retour du junkie »