La vulnérabilité et les portes qu’elle ouvre

Salut toi, j’espère que tout va bien pour toi dans ton monde. 

Avant toute chose, je souhaite la bienvenue à toutes celles et ceux qui nous ont rejoint ici suite à mon intervention dans La Flamme à propos de la vulnérabilité. C’est un p’tit peu la pression, j’te le cache pas. (ah et aussi : je vais sortir une vidéo sur ma chaîne YouTube de ce texte, abonne-toi et active la cloche-han, elle est en cours de montage par la mirifique Jenna)

Je t’écris EXCEPTIONNELLEMENT un mercredi matin pour une raison simple : j’avais prévu d’écrire un autre texte mardi matin (hier donc). Je savais exactement ce que je voulais t’écrire. Lever 8h, ça me laissait 3h pour écrire, mettre en page la newsletter, et la programmer pour 11h, heure à laquelle j’enchaînais avec une interview. Peinard, facile.

SAUF QUE parfois la vie bouscule tes plans (elle le fait environ tout le temps, d’ailleurs, t’as pas remarqué ?). Je me réveille vers 7h30, je me colle dans les oreilles un podcast avec mon invitée de 11h, pour me nourrir un petit peu (je prépare très très peu les interviews, je t’ai déjà dit ?). 

De fil en aiguille, j’atterris sur son compte Insta où elle publie des slams qui me retournent le bide. J’ai mis 2h à m’en remettre. Trop d’émotions, submergé, le gars. Marrant, hein, comme cette situation me renvoie à ma vulnérabilité ? 👀

Là où il y a encore quelques années, j’aurais rangé tout ça le plus vite possible, bien tassé dans un endroit avec une pancarte « à gérer plus tard » pour me focaliser sur LA NEWSLETTER QUE J’AI PROMISE A MES ABOS TU T’RENDS COMPTE FAUT PAS LES DECEVOIR, maintenant, j’accueille l’émotion, je la vis pleinement. Et je m’adapte.

J’me suis donc posé,me suis dit que je vous enverrai la newsletter demain et que d’ailleurs, tiens, ça pourrait faire un chouette truc à raconter (le mec perd pas le Nord, tu crois quoi ?). Je me suis assis dans mon canapé, j’ai médité 20 minutes, tranquillement, en l’attendant, avant d’écouter d’autres trucs d’elle.

Et bien sûr, je finis par retourner sur son compte Insta de slams et je tombe sur un texte qui me renverse totalement. Magie de l’existence qui décide de malmener tes plans, elle arrive avec 30 minutes d’avance, m’envoie un message pour me demander si ça ne pose pas de problème. Mais bien sûr, viens donc. 

Sauf que. Émotionnellement, j’suis à fleur de peau les gars. On ne se connaît pas, ça fait sans doute “pas très pro” (mais qu’est-ce que j’en ai à foutre, après tout ?), je choisis malgré tout d’être transparent avec elle. De lui dire dans quel état je me trouve, dans quel état ses textes m’ont plongé.

L’heure et demie d’interview qui s’en suit est – je crois – tout à fait magique. Cette invitée s’appelle Mélissa Plaza, c’est une “ex”-footballeuse, devenue autrice, conférencière, qui a été victime de son beau-père entre ses 3 et ses 12 ans, et donc l’amnésie traumatique s’est réveillée après la sortie de son premier livre en 2019.

L’épisode sortira bientôt, le 9 décembre, dans mon podcast Histoires de Succès. J’espère qu’elle te parlera autant qu’elle m’a parlé. J’expliquais à la fin de mon intervention dans La Flamme que de m’ouvrir à la vulnérabilité m’avait également ouvert des portes insoupçonnées.

En voilà une nouvelle.

(L’autre porte que j’ai ouverte dernièrement, c’est celle avec André Stern. Notre discussion dans le dernier épisode d’Histoires de Darons m’a mis une immense claque. Je te la recommande si tu es parent, futur parent, aspirant parent. Vraiment.)

Je te souhaite une belle semaine, pleine de vulnérabilités (ou pas).

🎙 Mes podcasts à écouter 

🔥 Radio Libre tous les lundi soir sur Twitch !

Partage cette newsletter

Voilà pour cette semaine. Si tu connais quelqu’un qui aime les newsletters d’une manière générale, n’hésite pas à lui transférer cet email ou à l’inciter à s’inscrire ici.

Allez, je te laisse ! Passe une belle journée, une belle semaine, force et courage dans la vie, et à très vite sur les internets.

Fabrice

Rejoignez la discussion